La dette de l'Agence de santé de Wallis et Futuna effacée au 1er octobre prochain

George Pau-Langevin ministre des Outre-Mer
© CITIZENSIDE/YANN BOHAC / CITIZENSIDE.COM / AFP

L'hôpital de Gaston Bourret de Nouvelle-Calédonie en passe de recevoir une enveloppe conséquente de 2,8 milliards de Francs Pacifique, un montant relatif à la dette de l'Agence de Santé de Wallis et Futuna.

Patrick Ferrante (N.G) Publié le , mis à jour le

La ministre des Outre Mer, George Pau-Langevin, a promis que la dette de l'Agence de Santé de Wallis et Futuna sera effacée au 1er octobre prochain.
Une promesse faite lors d'un discours prononcé à l'occasion de sa visite à l'hôpital de Sia à Wallis, une étape importante de son séjour de 48 heures sur le territoire.
 

Montant de la dette : 2,8 milliards de Francs pacifique

En dix ans, l'Agence de santé a contracté une dette de plus de 2,8 milliards de Francs Pacifique (23 millions d'Euros) auprès du centre hospitalier Gaston Bourret de Nouméa et de la CAFAT, la caisse d'assurance maladie de Nouvelle Calédonie.
Cet endettement est la conséquence des évacuations sanitaires, les EVASAN, vers le caillou en raison du manque d'équipements médicaux de haut niveau à Wallis et Futuna.
Cette dette a plongé l'hôpital de Nouméa dans une grave crise financière.
 

L'action de l'Etat

En juillet 2014, George Pau-Langevin avait affirmé que cette dette n'était pas un problème entre la Nouvelle Calédonie et Wallis et Futuna mais un problème de l'Etat. C'était donc à l'Etat, selon la ministre, de régler ce dossier. Le président de la République François Hollande avait fait sienne cette promesse lors de son déplacement sur le caillou en novembre de la même année puis le premier ministre Manuel Valls avait réitéré l'engagement du gouvernement en recevant les élus des deux îles en fin d'année dernière