Les réactions politiques en Nouvelle-Calédonie après le GTPS

Réactions des acteurs du GTPS
© NC1ere / Les responsables des institutions du territoire ont participé à la réunion du GTPS

Les différents acteurs réunis lundi après-midi au Haut-Commissariat se sont exprimés sur le contenu des échanges liés aux exportations de minerais pauvres vers la Chine. Professionnels du secteur et responsables politiques de Nouvelle-Calédonie livrent leurs points de vue.

Olivier Jonemann et Claude Lindor (avec M.C) Publié le , mis à jour le

+ Le SEM
Xavier Gravelat et Benoit Pons, respectivement président et vice-président du syndicat des exportateurs de minerais, ont présenté des chiffres concrets sur la réalité du marché des exportations lors du GTPS. Ils ont éclairé les décideurs sur les minerais à très faible teneur.


+ L'Union Calédonienne
L'UC a fait évoluer sa position. Alors que le président de la Province des Iles, Neko Hnepeune, avait rendu un avis défavorable aux exportations vers la Chine lors du Comité du commerce extérieur minier qui avait précédé le conflit des rouleurs, le plus vieux parti de Nouvelle-Calédonie, a revu sa position sous l'impulsion de son président Daniel Goa qui a joué le rôle de médiateur dans le dossier. Comme il l'avait confirmé lundi matin dans l'Invité de la matinale d'NC1ère Radio. Lundi, Roch Wamytan, Gilbert Tyuienon, et Néko Hnepeune ont pris part aux discussions. C'est ce dernier qui a pris la parole :

+ Les Républicains
Ils étaient fortement représentés au Haut-commissariat : le sénateur Pierre Frogier, Jean Lèques, Bernard Deladrière, Virginie Ruffenach, Grégoire Bernut et Harold Martin étaient autour de la table. A la sortie, Harold Martin a évoqué la nouvelle majorité qui se dessine au gouvernement en faveur des exportations :

+ Calédonie Ensemble
Le président du gouvernement, Philippe Germain, celui de la Province sud, Philippe Michel, le député Philippe Gomès, et Gérard Poadja ont participé au GTPS. Calédonie Ensemble maintient sa position : malgré l'avancée des discussions, un débat public est nécessaire au Congrès. Philippe Michel :

+ Le Haut-commissaire
Vincent Bouvier de son côté a mis en avant des débats constructifs. Un relevé de conclusion doit être prochainement transmis au gouvernement :