Un mouvement séparatiste démantelé aux Fidji

Forces de police fidjiennes
© Fiji Police Force | Forces de police fidjiennes

Aux Fidji, cinq personnes ont été arrêtées cette semaine pour incitation à l'émeute et à la violence communautaire.

Élodie Largenton (ABC-Radio Australia) Publié le , mis à jour le

Cinq personnes ont été arrêtées cette semaine ; elles sont accusées d'instigation à l'émeute et d'incitation à la violence communautaire. Ces cinq hommes vivent dans la province de Ra, dans le nord de l'île principale.
 
La police communique beaucoup sur cette affaire, qui reste malgré tout bien opaque. Un vétéran de l'armée britannique aurait secrètement dirigé des camps militaires pour former les habitants d'une vingtaine de villages au cours des trois derniers mois. L'idée aurait été d'établir une sorte d'État souverain chrétien. Mais il faudra attendre sûrement de longs mois avant de savoir ce qu'il en est réellement, comme le suggère  Ana Naisoro, de la police fidjienne :
 
"On est en train de poursuivre l'investigation. Les enquêteurs cherchent à savoir quelles étaient les intentions derrière les actions entreprises dans la province de Ra. Donc l'enquête se poursuit et on ne peut pas donner davantage de précisions pour le moment."
 
La police a fait savoir que d'autres personnes pourraient être arrêtées. Par ailleurs, des informateurs ont indiqué aux policiers que des armes à feu étaient utilisées lors des entraînements, mais aucune arme n'a été retrouvée. Ana Naisoro :
 
"Nous ne sommes pas en mesure, aujourd'hui, d'étayer ces affirmations, nous n'avons pas localisé d'armes. Les enquêteurs continuent de chercher et on pourra peut-être en dire plus ultérieurement."
 
Le directeur de la police fidjienne a refusé de préciser si cela pouvait avoir un quelconque rapport avec les armes qui ont disparu lors des coups d'État de 1987 et de 2000. Ben Groenewald  assure qu'aucune menace sécuritaire ne pèse sur la province de Ra et appelle la population à ne pas avoir peur.