A la découverte du patrimoine culturel et culinaire de Hienghène

Découpage de la racine de magnaga à Hienghène
© Marguerite Poigoune (NC1ère) | Découpage de la racine de magnaga à Hienghène

Le weekend dernier, visiteurs de Nouvelle-Calédonie et de métropole ont pu découvrir les nombreux savoirs-faire culturels et culinaires de la commune de Hienghène, à l'occasion de la fête communale, baptisée "Xplore".

Marguerite Poigoune (avec Elif Kayi) Publié le

Le weekend dernier, les touristes ont pu découvrir de nombreux pans de la vie à Hienghène, à l'occasion de la fête communale. « Xplore, les tribu de la chaîne de Hienghène » est le concept mis en place par le Groupe d'Intérêt Economique (GIE) Tourisme Province Nord, afin de mettre en avant les prestataires des tribus. 
 
"C'est un moyen de mettre en lumière tous les prestataires qui existent dans les tribus", commente Léa Gaillard, chargée des évènements de cet organisme. "C'est l'occasion pour tous de découvrir un mode de vie traditionnel". 
 
Cinq tribus de la vallée de Hienghène ont ouvert leurs portes aux visiteurs pour montrer leur savoir-faire et partager avec eux des activités culturelles. 
 
On trouve des sculptures sur bois et sur pierre de savon. Yvonne, elle, réalise des monnaies kanak. "Je polie les os de roussettes pour faire disparaître les traces de couteau", explique-t-elle. "J'ai des os de roussettes, des coquillages qu'on appelle des couteaux, des graines, des écorces de banian, des fibres de coco, des fougères…". 
 
"Ca m'intéresse, c'est nécessaire à la coutume kanak", commente un jeune visiteur. 
 
Les activités culinaires n'étaient bien sûr pas en reste. Magnagna, bougna, pêche aux crevettes, etc. Les activités ne manquaient pas et il y en avait pour tous les goûts. 
 
Les mamans se sont levées le matin, dans le froid, pour éplucher les tubercules, nécessaires à la préparation du bougna. "Comme prévu, excellent", commente Jean-Luc, un touriste venu de métropole, et qui a assisté à la préparation du bougna, qu'il déguste pour la première fois. "Toute la matinée, étape par étape, mes papilles commençaient à s'exciter sur le bougna". 
 
Ecoutez la réaction de Jean-Luc au micro de Marguerite Poigoune pour NC1ère La Radio : 

ITW Hienghène 10/08/15

 

A la tribu de Tiendanite, Marie Pierre coupe le magnagna à l’aide d’un sabre d’abatis. La racine de magnagna étant dure, l’étape suivante consiste, avec une autre mère de famille, Alphonsine, à la ramollir. Pour ce faire, il faut taper dessus avec un morceau de bois.
 
"Je regarde ça, je suis très étonnée", commente Martine, une touriste originaire du Sud de la France. "Je me demande le goût que cela peut avoir et comment on peut le cuisiner."
 
Le magnagna est une racine, qui pousse à l’état sauvage dans les montagnes. Elle peut faire plus d’un mètre et provient d’une liane. Elle est récupérée à l’aide d’une barre à mine. Elle était beaucoup consommée dans le temps, lors de périodes de vaches maigres. "Quand on n'avait plus à manger, on allait chercher du magnaga", explique Marie-Denise. 
 
"Ca fait partie du savoir-faire des gens de Hienghène", explique Johannes Bouanou, deuxième adjoint au maire de Hienghène. "On fait de la démonstration mais aussi de l'initiation pour tous nos jeunes. C'est l'occasion de leur montrer ce que nous faisions avant quand nous étions jeunes."