Charles Pasqua: un farouche partisan de la Calédonie française

Charles Pasqua

Charles Pasqua est décédé lundi dernier à l'âge de 88 ans. L'ancien ministre de l'Intérieur, viscéralement gaulliste, homme de réseaux, a joué un rôle non négligeable dans l'histoire de la Nouvelle-Calédonie, notamment au moment des Evénements et des accords de Matignon. Retour sur images...

Olivier Jonemann (avec IP) Publié le , mis à jour le

Le 24 août 1991, l'état-major du RPCR se pressait derrière son chef pour accueillir sur le tarmac de La Tontouta le président du Conseil général des Hauts-de-Seine à sa descente d'avion. L'ancien ministre de l'Intérieur de Jacques Chirac était un farouche partisan de la Calédonie française. Dans les années 1980, Charles Pasqua avait multiplié les voyages en Nouvelle-Calédonie pour y soutenir le RPCR et son président Jacques Lafleur, jusqu'à la signature des accords de Matignon.
 

"Rien ne pourrait se résoudre par la violence"

"Si cet accord a été réalisé en Nouvelle-Calédonie, on le doit d'abord à ces deux hommes, Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou, qui au lendemain des événements graves qu'a connu la Nouvelle-Calédonie, et devant les violences et le sang versé, ont été pénétrés d'une vérité qui leur est apparue d'une manière éclatante: c'est que rien ne pourrait se résoudre par la violence. Et qu'il fallait essayer au contraire, de se comprendre, et de voir dans quelle mesure on pourrait ensemble faire progresser la Nouvelle-Calédonie", avait-il notamment déclaré sur notre antenne télévision. Ministre de l'Intérieur de 1986 à 1988, Charles Pasqua en profita pour redessiner la carte électorale de la Nouvelle-Calédonie. C'est à lui que l'on doit notamment le découpage actuel des deux circonscriptions électorales des députés calédoniens.