La déclaration de politique générale de Philippe Germain attendue lundi prochain

Congrès de Nouvelle-Calédonie
© NC1ère

Le président du 14ème gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Philippe Germain, élu le 1er avril dernier, doit prononcer lundi 13 avril sa déclaration de politique générale, devant les membres du Congrès.

Isabelle Peltier (avec E. K.) Publié le , mis à jour le

 Le président du 14ème gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Philippe Germain, élu le 1er avril dernier, doit prononcer ce lundi 13 avril sa déclaration de politique générale, devant les membres du Congrès.
 
Fixée par l’article 117 de la loi organique statutaire, la déclaration de politique générale est un exercice validé par le gouvernement collégial, et lu devant les membres du Congrès par le président du Gouvernement.
 
Au contraire du discours prononcé par le Premier ministre devant l’Assemblée nationale, la déclaration de politique générale du président du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie n’est pas soumise à un vote des élus du Congrès. Elle ne donne pas lieu non plus à des observations. Elle a néanmoins toujours été considérée, par ceux qui l’ont prononcée, aussi bien que par ceux qui l’ont écoutée, comme une feuille de route, engageant l’action du gouvernement.
 
La déclaration de politique générale est en revanche un exercice collégial, dans lequel toutes les sensibilités politiques représentées au sein du gouvernement doivent pouvoir se retrouver et s’exprimer.
 
Si le président du 14ème gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Philippe Germain, a demandé à s’affranchir de cet exercice, huit jours à peine après son élection, les présidents qui l’ont précédé n’ont jusque-là prononcé leur discours qu’après un délai minimum de deux mois. Un délai normalement nécessaire à la collecte des orientations par secteur d’activité attribué, et par formation politique, dans le plein exercice de la collégialité.
 
Ecoutez les précisions de Luc Steinmetz, historien et juriste, au micro de NC1ère : 

ITW Steinmetz 070415