La répartition des secteurs du 14e gouvernement de Nouvelle-Calédonie

Gouvernement de Nouvelle-Calédonie
© NC1ère

Des changements à minima dans la répartition des secteurs au sein du nouveau gouvernement de Nouvelle-Calédonie. Après trois séances en collégialité, les 11 membres de l’exécutif ont voté à la majorité les attributions.

Martin Charmasson Publié le , mis à jour le

Sans réelle surprise, le secteur de la mine n’a pas trouvé preneur. Les discussions se poursuivent à ce sujet entre l’Union Nationale Indépendantiste (UNI) et l’Union Calédonienne (UC).
 
Elu président du gouvernement mercredi après-midi, Philippe Germain délègue certaines compétences. Il laisse ainsi l’énergie et le suivi des questions relatives à la communication audiovisuelle à son partenaire de Calédonie Ensemble, Thierry Cornaille, porte-parole du gouvernement. Ce dernier est déjà en charge du budget, du logement, du développement numérique, des questions monétaires et de crédit, et des relations avec le Congrès. 
 
Philippe Germain a souhaité en revanche s’occuper de la protection judiciaire de l’enfance et de la jeunesse. Une problématique qui concerne plusieurs membres de l’exécutif. Il conserve aussi l’économie, le droit commercial, la fiscalité, les douanes, le commerce extérieur, la coopération régionale et les relations extérieures en rapport avec la sécurité civile.
 
Bernard Deladrière, du Front pour l’Unité (FPU), a demandé au président à ne plus s’occuper de la santé. Ce domaine a été attribué à Valentine Eurisouké (UNI), positionnée par ailleurs sur la jeunesse et les sports. Bernard Deladrière garde la gestion du droit civil, du droit des assurances et de l’urbanisme. Il est également en charge de la francophonie, du suivi des transferts de compétences, et des relations avec le Congrès, des relations avec les provinces et les communes, de la simplification administrative, de la modernisation de l’administration, et de la coordination de la construction du Médipôle de Koutio.
 
On note un échange de responsabilités entre Cynthia Ligeard (FPU) et Gilbert Tyuienon (UC). La première hérite de la sécurité routière, en plus de la fonction publique. Le second obtient le transport aérien international, en sus du transport domestique, terrestre, et maritime, et du suivi du schéma d’aménagement et de développement NC2025.
 
Jean-Louis d’Anglebermes, nommé vice-président du gouvernement mercredi, conserve de son côté le travail, l’emploi, le dialogue social et les relations avec le Conseil économique, social et environnemental. Son collègue de l’UC, Anthony Lecren est en charge de l’aménagement foncier et les affaires coutumières, l’environnement, l’écologie, le développement durable, la conservation des ressources naturelles de la ZEE et le suivi des zones de développement prioritaires, ainsi que le suivi des relations avec le Sénat Coutumier.
 
Pas de modifications à signaler enfin pour Déwé Gorodey. L’élue de l’UNI reste en charge de la culture, de la condition féminine, et de la citoyenneté. 
 
Sonia Backès (UCF) s’occupera de la protection sociale, de la solidarité et du handicap, mais aussi de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, et de la politique de la famille.
 
Le gouvernement a demandé l’ouverture d’une session extraordinaire pour la déclaration de politique générale devant le Congrès, le jeudi 9 avril prochain.