KNS reprend du service: Peter Hancock "cet incident ne va pas impacter notre objectif de production"

Four kns
© NC 1ère | Coulée de nickel à KNS.

L'usine KNS sur le site de Vavouto en Nouvelle-Calédonie a  été autorisée à reprendre son activité en utilisant son four numéro 2, trois semaines après la fuite de nickel qui a provoqué d'importants dégâts, mais la facture va être salée pour l'actionnaire Glencore Xstrata.

Angela Palmieri
Publié le , mis à jour le

Trois semaines après la fuite de métal à l'usine du nord, les experts internationaux, mandatés par la province nord, ont rendu leur rapport d'expertise à la DIMENC, la direction de l'industrie, des mines et de l'énergie de Nouvelle-Calédonie.
 
L'autorisation a été donné pour utiliser le four numéro 2 en attendant la fin des réparations du four numéro 1 touché par une fuite de métal fin décembre dernier. Le 26 décembre dernier une fuite laissait échapper 500 tonnes de ferro-nickel. Un incident qui n’'aurait eu selon KNS aucun impact humain ni environnemental.  
 
Dans quel contexte la production peut-elle reprendre à Vavouto? Eléments de réponse avec Erik Dufour et Maurice Segu.
 
Une facture de plusieurs millions de dollars pour effectuer les réparations ne laissera pas sans réaction GLENCORE qui depuis sa fusion avec XSTRATA a récupéré "un project problem" pour une "cup of tea " de nickel dont le géant industriel se serait bien passé...
 
En Nouvelle-Calédonie, malgré ce contexte tendu, Peter Hancock, le président de Koniambo Nickel SAS qui était l'invité du journal de NC 1ère, tient un discours optimiste et espère toujours atteindre les objectifs de production de l'Usine du Nord....