VALE NC: un accord pour un service minimum de maintenance

service minimum VALE NC
© NC 1ère

Suite à un accord avec les populations et les coutumiers, seuls les équipements ne pouvant pas être arrêtés comme la centrale de Prony Energie continuent de fonctionner. Ce dimanche, les manifestants laisseront passer les personnels travaillant au maintien de ces équipements.

Par Catherine Léhé (A.P) Publié le , mis à jour le

A Nouméa, la direction de VALE NC a, elle, reçu une partie des syndicats qui sont inquiets pour l’avenir de l’entreprise. 

Tous les syndicats représentatifs au sein de VALE n’ont pas assisté à cette rencontre. Si le Soenc nickel sera reçu lundi, L’USTKE, le SGTINC (Syndicat général des travailleurs des industries de la Nouvelle-Calédonie) et la CFE CGC ont d’abord affirmé leur mécontentement suite à la fuite d’acide et aux dégâts environnementaux. Les causes de l’incident ont été passées en revue. Si l’erreur humaine est toujours pointée, les syndicats en ont profité pour réclamer des renforcements à certains équipements de sécurité comme par exemple la mise en place de capteurs de pression.

L’avenir économique a également été évoqué. Si l’USTKE se déclare confiante, le SGTINC COGETRA avoue son inquiétude au sujet des emplois.
Car depuis vendredi soir, les lignes de production ont été arrêtées et des habitants réclament la fermeture définitive de l’usine.

Pour l’Instant, l’industriel n’envisage aucune mesure sur le plan social. L’enjeu reste important : 1350 salariés et près de 2000 sous-traitants travaillent sur le site de Goro. Pour le moment, la direction de VALE NC s’attache à la poursuite de l’enquête sur l’incident.

Le rapport définitif est attendu mercredi prochain. Mais l’avenir de l’usine du sud dépend aussi des résultats des élections provinciales de dimanche et d’un possible changement d’exécutif à la province sud...