Le royaume d'Alo va retrouver un roi

Futuna
© Google | Carte de Futuna

Un nouveau roi doit être intronisé ce vendredi dans le royaume d'Alo, à Futuna. Petit retour sur les faits, depuis la Nouvelle-Calédonie. 

Elif Kayi
Publié le , mis à jour le

Le royaume d'Alo, un des deux royaumes de l'île de Futuna, s'apprête à vivre un grand événement. Ce vendredi devrait en effet voir l’intronisation d'un nouveau roi. 
 
Et si l’événement est si important pour le royaume et sa population, c'est aussi parce que depuis l’abdication du dernier tugaifo (nom désignant le roi d’Alo), au mois de janvier 2010, le trône était resté vacant. 
 
Au sein du royaume, les règles de succession sont complexes et prévoient notamment une alternance entre certaines familles. Et au sein même des familles, une alternance entre les différentes branches est aussi prévue. 
 
Pas simple donc de se mettre d'accord. Le vide laissé par le retrait du dernier souverain avait entraîné de longues discussions entre les familles concernées par la succession. Des discussions qui auront duré quatre ans. 
 
Cette semaine, deux familles ont présenté leur choix à la Grande Chefferie d’Alo, avec la coutumière racine de kava. Le choix a été rapidement validé et l'intronisation prévue pour ce vendredi. 
 
Le Tuiagaifo d'Alo dispose de cinq ministres. Il est aussi chargé du rôle de porte-parole dans les conseils. Mais ceux-ci ont une autorité limitée sur les chefs de village. Les familles princières peuvent de plus relativement facilement démettre leur roi.

Etre roi à Futuna peut donc se révéler un exercice périlleux. L'abdication du dernier roi d'Alo, Petelo Vikena, aurait été causée par un non respect de la coutume. Son collègue de Sigavé avait lui aussi abdiqué en 2010. 

Retrouvez le reportage en images de Wallis et Futuna 1ère

 


Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête