Suspension de la directrice des services fiscaux : réformes fiscales en danger ?

Harold martin, président du Gouvernement

Suite au limogeage de la directrice des services fiscaux, David Meyer, secrétaire général de la Fédération des fonctionnaires, accuse le gouvernement de se défausser face aux réformes fiscales. En réaction, Harold Martin, président du gouvernement, maintient sa position fermement.

Karine Bopp du Pont avec Angela Palmieri Publié le , mis à jour le

Harold Martin : "je tiens parole"

Harold Martin n'a pas tardé à réagir à la déclaration de David Meyer qui s'exprimait hier dans le journal télévisé de NC 1ère. Il s'indigne des propos du syndicaliste et réitère sa détermination à mettre en œuvre les modifications de la fiscalité calédonienne.  
Comme il l'indique au micro de NC1ère la radio, des propos recueillis par Martin Charmasson :

Harold martin, président du Gouvernement



Les réformes fiscales en danger ?

A l'instar des partis politiques, l'UC et Calédonie Ensemble, les services fiscaux ont manifesté leur soutien à Stéphanie Boiteux par un débrayage hier lundi 3 juin. La Fédération des fonctionnaires dénonce la décision de Sonia Backès, membre du gouvernement notamment en charge de la fiscalité, de suspendre la directrice des services fiscaux. Pour David Meyer ce sont les réformes fiscales envisagées à l'issue du protocole d'accord de fin de grève contre la vie chère qui sont en jeu : une manœuvre gouvernementale, selon lui, pour les repousser au-delà des élections.

Il s'exprime dans ce sujet de Charlotte Ricsh, et José Solia :
DMCloud:74021
Débrayage aux services fiscaux calédoniens



Lors de la commission fiscalité au congrès, la semaine dernière, Stéphanie Boiteux aurait tenu des propos déplacés envers son supérieur hiérarchique. Là encore le président du gouvernement campe sur ses positions et soutient Sonia Backès, toujours au micro de Martin Charmasson :

Harold martin, président du Gouvernement


Cette affaire donne du grain à moudre aux détracteurs des réformes fiscales en cours. Déjà alertés par des indiscrétions provenant de services administratifs, l'UC et Calédonie Ensemble ont demandé la création d'une commission d'enquête.