Cérémonie du 22 avril à Ouvéa: la réconciliation est une réalité

Ouvéa 22 avril
© NC 1ère

A la gendarmerie de Fayaoué ce lundi 22 avril, la mémoire des militaires morts lors des événements d'Ouvéa a été honorée... Comme chaque année depuis la réconciliation, cette cérémonie est particulièrement émouvante.

Angela Palmieri
Publié le , mis à jour le

 

Le rapppel des faits

 
Le 22 avril 1988 au matin, deux jours avant le premier tour des élections présidentielles, des indépendantistes kanak, membres du FLNKS, attaquent la brigade de Fayaoué, dans le sud d’Ouvéa avec comme objectif d'occuper la gendarmerie jusqu’au deuxième tour en prenant les gendarmes en otage.
Lors de cette attaque quatre militaires sont tués et trois indépendantistes sont légèrement blessés. 
 
Les vingt-sept autres gendarmes,désarmés, sont pris en otage et séparés en deux groupes. Le premier groupe, mené par Chanel Kapoeri,se rend dans le sud de l’île à Mouli, où les otages sont finalement libérés trois jours plus tard...
Le second groupe de seize otages conduit par Alphonse Dianou (ancien séminariste s'occupant des jeunes du FLNKS) est emmené dans une grotte près de la tribu de Gossanah.
 
Le 5 mai 1988, dix-neuf indépendantistes et deux militaires sont tués lors de l’opération Victor qui permet la libération des gendarmes.
 

 

La réconciliation est une réalité

 
Le drame d'Ouvéa a marqué les esprits pour toujours mais un impressionnant travail de réconciliation a été initié il y a quelques années, ce fut long et difficile mais la sincérité du pardon réciproque est désormais visible et concrète comme en témoignent les gestes et les mots exprimés par les proches des victimes des deux camps..
 
 

Gwen Quemener qui a assisté à ce 25ème anniversaire de l'attaque de la gendarmerie de Fayaoué nous raconte les moments émouvants de cette céremonie.


Ouvéa 22 avril