20 000 calédoniens seraient diabétiques

semaine diabète
© Karine Arroyo

En Nouvelle-Calédonie, 20 000 personnes souffriraient de diabète. En cause : le mode de consommation qui fait la part belle au sucre. Les sucres cachés sont très nombreux. L'association des diabétiques a passé la semaine à informer les calédoniens. 

Karine Arroyo (SR) Publié le , mis à jour le

Le chiffre est déjà énorme, 13 500 patients atteints de diabète…et il serait en deçà de la réalité. Certains professionnels de santé parlent de 20 000 malades. En Nouvelle-calédonie, 800 personnes sont détectées diabétiques par an. En cause ? Notre mode de vie ! Plus de nourriture préparée avec des taux de sucre élevés comme pour les pizzas surgelées, les conserves, ou les biscuits apéritifs. Mais aussi plus de sédentarité liée au travail et à ses déplacements en voiture, et plus de gavage publicitaire mensonger, qui dénature l’information.

Les sucres cachés 

Les nouveaux consommateurs sont totalement perdus, au milieu d’un nombre incalculable de tentations, notamment sur les sucres cachés. Savez-vous que dans 100 grammes de Twisties, produit considéré comme uniquement salé, vous ingérez 26 carrés de sucre. Savez-vous que les boissons sucrées localement, n’ont pas de limites dans la quantité de sucre ajouté ? Le consommateur doit maintenant devenir acteur de son alimentation et regarder, vérifier, les ingrédients qui composent le produit acheté. Au quotidien, il faut privilégier les légumes de saison, les céréales complètes, et les fruits avec modération car le fructose est aussi du sucre.
semaine diabète
© Karine Arroyo | Privilégiez les légumes de saison !

40 000 diabétiques en Polynésie 

Ce qui est maintenant considéré comme une drogue dure, provoque une véritable épidémie en Polynésie française : 40 000 personnes diabétiques avec toutes les complications que cela implique : obésité, insuffisance rénale qui finit en dialyse à vie, cécité, amputations…le coût pour notre système de protection sociale s’élève à plusieurs milliards. L’éducation des enfants reste la principale arme pour inverser la tendance, mais les parents doivent faire leur part. Sous pretexte de les récompenser en leur achetant des sodas, des chips et autres produits ultra colorés, les parents ne réalisent pas qu’ils empoisonnent leurs enfants.

Le reportage de Karine Arroyo et de Cédric Michaut