Nouvelle-Calédonie : Sumitomo quitte Vale et le nickel de l’usine du Sud. La négociation s’est faite à Amsterdam.

Trader nickel par Alain Jeannin
© Alain Jeannin | Négociations discrètes autour du prix d'un contrat de nickel à Londres

Le métallurgiste japonais se fixe un objectif annuel de production de 150 000 tonnes de nickel. Mais il se désengage de Nouvelle-Calédonie. La multinationale brésilienne Vale, déjà majoritaire, accentue sa position sur le site hydrométallurgique de Goro

Alain Jeannin
Publié le , mis à jour le

La société minière et métallurgique Sumitomo Metal Mining a vendu le 29 mars dernier, la totalité des actions (7,6 %) qu’elle détenait dans le complexe industriel de nickel de Vale Nouvelle-Calédonie (VNC). C’est l’entité Vale (INCO) Canada, dont le siège est à Toronto, qui les a rachetées précise le Metal Bulletin de Londres dans une dépêche. La négociation s’est finalisée à Amsterdam au siège de la Holding Sumic Nickel Netherland qui détenait les parts du groupe japonais dans Vale NC.

Séparation à l'amiable

Dans son communiqué de presse, Sumitomo précise sobrement les raisons de son désengagement : « Vale Nouvelle-Calédonie n’a pas pu répondre à nos besoins en production commerciale de nickel ». Et de poursuivre : « Nous favoriserons l’expansion d’autres sites industriels, mais aussi le développement de nouveaux projets » sans plus de précisions. Le montant de la cession par Sumitomo de ses 7,6 % d’actions Vale NC se monte à 70 millions de dollars. « On peut donc en déduire que l’usine de Goro vaut aujourd’hui un peu plus d’un milliard de dollars » précise un analyste londonien joint par La1ere.fr. Un expert parisien du dossier ne voit pas de conséquences immédiates à cette cession d’actifs par Sumitomo : « On peut noter le départ des Japonais et en conséquence la montée de la participation de Vale (peut-être un signe de confiance) qui détiendrait désormais 95 % de l’usine du Sud ».


Pour le nickel, un lundi au soleil

Le complexe industriel VNC plus connu sous le nom de « Goro-Nickel » vise un objectif de 38 000 tonnes cette année, contre 30 800 en 2015. À pleine capacité, il devrait produire 60 000 tonnes de nickel. Les résultats financiers de Vale au quatrième trimestre 2015 ont été impactés par un déficit de 107 millions de dollars en Nouvelle-Calédonie. Ce lundi soir à Londres, le prix de la tonne de nickel était en hausse de 0,70 % à 8 608 dollars, dans un environnement favorable à la demande et aux trois groupes métallurgiques présents en Nouvelle-Calédonie. À la bourse de Paris, l’action Vale enregistrait une hausse de 5,85 %. Eramet progressait de 4,32 % et Glencore de 3,03 %.