Le Nouveau-Brunswick, cousin francophone de Saint-Pierre-et-Miquelon, veut séduire les touristes français

Nouveau-Brunswick
© AFP | Paysage du Nouveau-Brunswick au Canada.

Moins connue en France que le Québec ou que l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, la province canadienne du Nouveau-Brunswick, acadienne et francophone, part à la conquête de touristes français à la recherche d'authenticité et d'une nature préservée. Objectif + 5 % de visiteurs par an.
 

Alain Jeannin
Publié le , mis à jour le

Son histoire française, sa culture francophone, ses grands espaces naturels, sa nature préservée, le Nouveau-Brunswick, province bilingue de l’Est canadien entend séduire les touristes français.
 

Destination acadienne

Une trentaine de voyagistes, promoteurs d'un "tourisme vert" ont déjà répondu présent. Des séjours sont proposés, combinés avec le Québec et la Nouvelle-Ecosse, et pourquoi pas demain avec Saint-Pierre-et-Miquelon. « Ce sont nos cousins français qui sont sur l’océan atlantique avec nous, dans notre coin de pays. Il y a beaucoup d’affinités entre nous, ce serait magnifique de pouvoir combiner des séjours touristiques, c’est une question de logistique un peu compliquée, mais c’est envisageable, nous le souhaitons » assure Françoise Roy. La Ministre du Tourisme du New-Brunswick a fait le déplacement à Paris pour rencontrer des journalistes du tourisme, lundi 10 septembre à Paris.
 

« Nous avons une langue commune, le français, nous sommes très fiers de notre francophonie, de nos grands espaces, de l'océan atlantique, de nos magnifiques rivières, ce côté nature touche les Français à la recherche d'authenticité » Françoise Roy, Ministre du Tourisme du Nouveau-Brunswick

 

Authenticité, écologie et francophonie

Un budget de 100 millions d’euros a été attribué à la province pour promouvoir le tourisme français. À Paris, 55 femmes venues du Québec et du Nouveau-Brunswick ont participé à la course La Parisienne, le 9 septembre 2018. La desserte aérienne vers le Nouveau-Brunswick s’est bien améliorée avec des vols au départ de Paris-CDG puis escale à Québec ou Halifax (Nouvelle-Ecosse) qui est aussi une porte d’entrée aérienne et maritime vers Saint-Pierre-et-Miquelon.
 
Nouveau-Brunswick
© Alain Jeannin | Françoise Roy ( à droite sur la photo ) Ministre du Tourisme du Nouveau-Bunswick au Canada et Emmanuelle Winter Directrice France de la destination, à Paris le 10 septembre.

 Congrès mondial acadien

Le Nouveau-Brunswick entend profiter du prochain Congrès Mondial Acadien qui se déroulera du 10 au 24 août 2019 et réunira des familles acadiennes du monde entier (plus de 3 millions d’Acadiens) pour valoriser ses atouts en France, terre d’origine de sa population francophone venue jadis de Vendée, de Bretagne et des Pays de la Loire. Les forêts, les lacs et les rivières, le littoral préservé représentent plus de 80 % du territoire du Nouveau-Brunswick. « On attend près de 100.000 visiteurs et nous savons que certains Acadiens viendront de France et de Saint-Pierre et Miquelon ». Auberges de campagne, hébergement chez l’habitant, hôtels traditionnels et de charme, mais aussi campings constituent l’essentiel de l’offre touristique. La province, voisine et cousine de Saint-Pierre et Miquelon, compte 760 000 habitants dont 33 % de francophone. Le Nouveau-Brunswick est aussi vaste que la Belgique.