Souvenez-vous, si vous étiez nés à l’époque en tous cas ! En 1991, dans une rue de Los Angeles, un automobiliste noir était tabassé par des policiers après une course poursuite, et la scène avait été filmée par un vidéaste amateur. C’était bien avant les réseaux sociaux, mais la vidéo avait fait le tour du monde…
Rodney King sera hospitalisé et s’en sortira, et les policiers, tous blancs, seront poursuivis en justice l’année suivante… avant d’être acquittés… Un verdict qui avait enflammé, au sens figuré mais aussi au sens propre, tout un quartier populaire de la mégalopole californienne…
Mais ce n'est pas tout à fait une reconstitution des événements, en tous cas pas à la façon (et avec les moyens) de Katryne Bygelow, dans Detroit, qu’on a vu en octobre dernier, et où les émeutes raciales de 1967 étaient reconstituées avec un réalisme assez effrayant.
Pour Kings, c’est d’ailleurs aussi une réalisatrice, Deniz Gamze Ergüven, cinéaste franco-turque, auteure de « Mustang », sur des jeunes filles turques, film déjà pleine d’une belle énergie (deux César et une nomination aux Oscars).
On suit le procès via les téléviseurs qui sont branchés dans tous les foyers sur les chaînes qui le retransmettent en direct, on voit la violence exploser, mais vue de l’intérieur, autour d’une maison tenue par une mère célibataire, Millie, incarnée par Halle Berry, qui a pour voisin l’un des rares habitants blancs du ghetto, incarné par Daniel Craig (sans son smoking de James Bond).
Millie qui a surtout autour d’elle une ribambelle d’enfants : les siens, et ceux qu’elle recueille dans la rue, le temps que leurs parents, arrêtés pour trafic de drogues ou autres, fassent leurs peines en prison…

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

C’est tendu, mais chez Millie et ses marmailles, c’est aussi parfois drôle. Halle Berry incarne avec beaucoup d’intensité cette mama courage, avec sa coupe afro, ses gâteaux qu’elle fabrique et va vendre partout dans la ville pour faire bouillir la marmite, ses enfants qui jouent, crient, apprennent aussi à respecter les bonnes manières et à rester en sécurité, avec l’aide d’un ado qui joue un peu les pères de famille.
Mais l’ambiance insurrectionnelle qui va gagner Los Angeles va bouleverser le difficile équilibre dans ce foyer.
Il y a de la vie, de l’authentique dans ce film qui s’inspire de personnages réels, notamment celui incarné par Halle Berry, il y a aussi du tragique, et bien sûr une résonnance avec la question raciale qui est toujours au cœur de la société américaine, 26 ans plus tard.
« Kings » de Deniz Gamze Ergüven, avec Halle Berry, Daniel Craig, Lamar Johnson, film franco-américain. Sortie France : le 11 avril 2018.