Depuis les années 90, la Guyane connaît une ruée vers l’or. En plus des opérateurs miniers légaux qui se sont réappropriés certains secteurs de la forêt, une activité illégale s’est développée. Depuis la fin des années 90, c’est tout le territoire qui est concerné et pendant les années 2000, l’activité a suivi les cours de l’or qui n’ont cessé de grimper.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Prélèvement d'eau dans la forêt par les agents de l'ONF Guyane Alexandre David, agent de l'ONF Guyane


Les cours d'eau de Guyane sont pollués

Si on cumule toutes les zones détruites par l’activité minière légale ou illégale depuis 1990, 25 000 hectares de forêt sont rayés de la carte. 25 000 hectares sur les 8 millions que constituent (en arrondissant) le territoire guyanais, cela peut paraître peu. Toutefois, en raison de l’hydrographie de la Guyane, tout le territoire est touché par la pollution engendrée par cette activité.

La majorité des rivières et tous les grands fleuves de Guyane sont impactés par cette activité. Du fait de l’éclatement des sites illégaux d’orpaillages, tous les cours d’eau sont concernés. C’est catastrophique car c’est tout le territoire qui est atteint par cette problématique. Les eaux des rivières et des fleuves sont chargées en particules en suspension qui véhiculent du méthylmercure, des hydrocarbures et d’autres polluants dangereux qui se retrouvent ensuite dans l’ensemble des milieux ainsi que la chaîne alimentaire. Et c’est là que le problème est grave. 

Alain Coppel responsable de l’unité spécialisé Nature


Regardez la video d'Alexandre David, agent de l'Unité Spéciale Nature de l'ONF Guyane

Ce contenu n'est pas compatible AMP.


La déforestation accroît également la pollution

La déforesttaion remobilise le mercure potentiellement piégé dans le sol. En effet, si dans le sol il y a du mercure d’origine naturel ou minière (en Guyane, il y a eu de nombreuses exploitations minières au XIXe et au début du XXe siècle), la déforestation et ensuite l’effet de la chaleur, remettent en circulation ces particules polluantes. Des études scientifiques montrent que 90 % des enfants du Haut Maroni sont intoxiqués par le mercure en Guyane.