Diabète, surpoids, obésité… On connaît les problèmes, notamment outre-mer, causés par une trop grande consommation de sucre.
Il y a  trois ans l’Organisation Mondiale de la Santé recommandait de réduire sa consommation à l’équivalent de six cuillères à café par jour. Or, un ado américain en absorbe 40.
C’est cette quantité que le comédien et réalisateur australien Damon Gameau a décidé d’avaler pendant deux mois, en ne consommant que des produits pourtant considérés comme équilibrés…

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Mauvais sucre et bonnes graisses

Au bout de trois semaines, Damon Gameau a pris 10 centimètres de tour de taille, en deux mois il sera passé de 76 à 84 kilos, et aura commencé à développer un diabète de type 2. Pendant 60 jours, il a bien sûr été suivi de près par des médecins.
Ça rappelle un autre film où le défi était de se nourrir seulement de frites et de hamburgers : « Super size me », oscar du meilleur film documentaire en 2004,  film de Morgan Spurlock qui s’imposait de manger trois fois par jour au Mac Do pendant un mois.
Mais ici, on apprend que le gras est moins dangereux que le sucre, à condition de manger de bonnes graisses. A la fin de l’expérience Damon Gameau constate qu’il a consommé autant de calories avec son régime sucré qu’avec son régime habituel fait de bacon et d’avocats… Il a les bonnes et les mauvaises calories.
Faut-il pour autant s’interdire le ti punch ou le rhum arrangé ?  Réponse de celui qui assure la voix française de ce documentaire, le comédien Kyan Khojandi, rendu célèbre par sa série « Bref » sur Canal +.

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio


Ce contenu n'est pas compatible AMP.

DR

Un produit addictif


On se souvient de la « loi sucre » de Victorin Lurel pour réduire les taux de sucre dans les yaourts et les sodas aux Antilles, les industriels prétextant un goût sucré des Antillais pour justifier qu’ils avaient la main lourde sur le sucre... produit addictif, comme le démontre aussi "Sugarland". Le réalisateur se rend auprès d’une communauté aborigène, au cœur de l’Australie, qui avait réussi à bannir le Coca Cola et autres produits industriels bourrés de sucre…

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio


Le réalisateur nous emmène aussi au royaume de la malbouffe, les Etats Unis, ce qui donne notamment une scène mémorable sur un dentiste ambulant qui tente de soigner ce qu’il reste des dents d’un ado de 17 ans, qui boit du soda par litres entiers depuis tout petit.
Kyan Khojandi s’est rendu lui aussi aux Etats Unis pour y faire du stand up notamment…

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

avant et après le régime sucré, sous l'oeil des médecins DR

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio

A défaut de ne manger que des concombres, il faut faire la chasse au fructose, le sucre industriel, dans ce qu’on achète. Et savoir profiter des bonnes choses. 
Au final, Sugarland est un film très enjoué, pas du tout culpabilisant. Le réalisateur est un jeune gars sympa, bientôt papa, qui compare son ventre et celui de sa femme enceinte… et on le suit avec plaisir dans cette aventure, qui montre aussi comment l'industrie agro-alimentaire se sert du sucre pour toucher le plus grand nombre. De quoi réfléchir sur ce qu’on absorbe chaque jour sans le savoir, et qui nous rend même accro…

Sugarland (That sugar film) (2015) film australien de Damon Gameau. Avec Kyan Khojandi pour la voix française. Durée : 1h41.
Sortie : mercredi 24 janvier 2018