"L'appeler l'Egyptien n'est pas une réalité du dossier", dénonce Normane Omarjee, l’avocat du jeune Réunionnais de 21 ans transféré à Paris et considéré comme le "cerveau" présumé de la filière jihadiste démantelée à La Réunion.

Normane Omarjee estime qu’il n’y pas de place pour les "fantasmes" dans cette affaire qui nécessite "mesure, prudence et responsabilité". Arrêté avec quatre autres personnes le 2 juin dernier à La Réunion, son client est le seul à avoir été transféré à Paris, lundi dernier.

"Des éléments à décharge vont intervenir"

Surnommé l’Egyptien, il est mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Selon une source proche du dossier, "il est soupçonné d'avoir exercé son influence sur six personnes déjà parties en Irak ou en Syrie" pour faire le jihad.

"Je crois que ce dossier va se dégonfler au fur et à mesure de l'instruction", estime pour sa part son avocat. Normane Omarjee affirme que "des éléments à décharge vont intervenir prochainement dans l'intérêt de mon client".

"Je ne crois pas que la république puisse mettre au ban un de ses enfants", a-t-il conclu.

Regardez ici l’intégralité de l’interview de Normane Omarjee à Henri Helie (France Ô / Outre-mer 1ère) :

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.