Le nickel et nous : des analystes quantitatifs de la City parlent de la Nouvelle-Calédonie

LME
© Alain Jeannin | Trader des métaux industriels (Commodities) au London Metal Exchange pendant la séance du Nickel

Le prix du nickel est fixé par la bourse de Londres. L'Indonésie inquiète, le métal est retombé sous le seuil des 10.000 dollars la tonne. Dans ce contexte, comment fonctionne le LME, la bourse des matières premières, pourquoi la Nouvelle-Calédonie connaît-elle un regain de notoriété à la City ?

Alain Jeannin
Publié le , mis à jour le

A la City de Londres, s'élève un temple de la finance mondiale - la bourse des matières premières (LME). Le nickel sorti des mines et des usines calédoniennes dépend des prix fixés par le marché londonien. Dans cet univers la règle est simple, qui veut gagner de l'argent doit spéculer et anticiper l'évolution du marché et de la production mondiale de nickel.

Le monde des matières premières

Dans les salles de marché de la City  la compétition ne cessera jamais. Prévoir, anticiper la tendance du prix des métaux et de la production calédonienne fait partie du quotidien. Le nickel est important pour l’acier inoxydable. Pour les investisseurs, cela signifie que la Nouvelle-Calédonie est un producteur important. Parmi  les 350.000 financiers de Londres, quelques milliers s'élèvent grâce aux transactions sur le nickel. La finance des matières premières est un monde de signes. Qui sait les lire maîtrise le marché. La finance est une mécanique complexe au rythme infernal qui absorbe la production calédonienne de nickel et détermine son prix. Ce monde à part est suivi et commenté par les journalistes de la City. Tous les matins, la rédaction numérique du Metal Bulletin qui est le site d’information de référence de la bourse des métaux de Londres est à pied d’œuvre. Les journalistes commencent par humer le marché du nickel avant de publier des nouvelles, bonnes ou mauvaises.

Regardez le reportage télévisé à la City de Londres de Alain Jeannin et Nordine Bensmail

Avec les témoignages de Jean-François Lambert, investisseur et spécialiste du nickel (Lambert Commodities), David Wilson, directeur des recherches et de la stratégie des métaux de la banque américaine Citi, Robin Bahr, directeur des analyses et des recherches sur les matières premières de la Société Générale et Boris Mikanikrezai, analyste des métaux et du nickel au Metal Bulletin de Londres.


Dans un milieu agité, un pays rassure

Alors que l’Indonésie reprend ses exportations de minerai de nickel et met un terme à son embargo, jetant le trouble sur un marché encore très excédentaire, la Nouvelle-Camédonie, 5e producteur mondial de nickel fait figure de bon élève. Un pays qualifié de « stable et transparent » par les investisseurs londoniens. La Nouvelle-Calédonie et la City vivent donc une lune de miel hors du commun. Et c'est important, Londres est la première place financière mondiale - avant Shanghai - au centre de tous les fuseaux horaires.