Vols annulés ou retardés. Quels sont vos droits ?

Avions Pamandzi

A Mayotte, Air-Austral  jongle entre les pannes d’avion, les retards, les annulations et les changements de programme. La piste trop courte n’arrange pas les choses. Beaucoup de passagers sont lésés. Ils peuvent faire valoir leurs droits

 

Bruno Minas
Publié le , mis à jour le

M. et Mme Ahmed Abdou  et leurs enfants ont acheté - très cher- des billets pour passer une semaine de vacances à la Réunion au départ de Mayotte. Une mauvaise surprise les attend : la compagnie Air Austral les informe qu’ils partiront un jour plus tard que prévu, en revanche la date du retour ne changera pas. Ils vont donc perdre une journée de leurs  vacances à destination. Ont-ils droit à une indemnisation ? La réponse est non si la compagnie les a prévenus au moins 14 jours avant le départ ; ils pourront cependant renoncer à leur voyage sans frais et être intégralement remboursés. Si la compagnie les prévient de ce changement moins de deux semaines avant le départ, ils pourront prétendre à 400 euros d’indemnisation par billet.

Autre cas de figure : le vol annulé. Cela a été le cas, par exemple, le samedi 6 juillet dernier. Le vol Aigle-Azur affrété par Air-Austral n’a pas pu décoller de Paris vers Mayotte à cause d’une panne de l’avion, et a dû être reporté au lendemain.  Dans ce cas la compagnie a eu l’obligation de prendre en charge les passagers (Hôtels, transferts et repas) jusqu’au départ du vol suivant le lendemain. Ces passagers peuvent prétendre à une indemnisation de 600€ une fois arrivés à destination.


Être indemnisé : possible, mais pas si simple


Pour éviter de payer des indemnisations, les compagnies invoquent souvent des « cas de force majeure ». Ces derniers sont répertoriés par la loi : ce sont les intempéries, les événements politiques graves (révolution, guerre, attentat) ou encore les épidémies.

Les pannes techniques ne sont pas considérées comme des « cas de force majeure ».

Beaucoup de passagers ne font pas valoir leurs droits car Il n’est pas facile de se retrouver dans le labyrinthe  de la réglementation. Les différents cas de figure sont répertoriés sur le site https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F10977

Il faut faire preuve de patience car le traitement des dossiers peut prendre jusqu’à 8 mois. Il est important de conserver toutes les pièces justificatives (billets, cartes d’embarquement) ainsi que toutes les factures permettant de prouver les frais occasionnés par les retards ou annulations.

Pour ceux qui ne se sentent pas l’âme procédurière, il existe plusieurs sites spécialisés qui feront les démarches à votre place, moyennant des frais. On les trouve facilement sur internet.

 

L'actu en vidéo

EXTRAIT : Réaction de Jean-François Colombet, préfet de Mayotte

Réaction de Jean-François Colombet, préfet de Mayotte, suite à un suicide d'un demandeur d'asile. Extrait du JT de Mayotte la 1ère du 30 juillet 2019.