Thani MOHAMED SOILIHI et Hassani ABDALLAH élus sénateurs de Mayotte

Thani MOHAMED SOILIHI rempile pour un second mandat, Hassani ABDALLAH remporte le second siège de sénateur de Mayotte 

Chamsudine Ali
Publié le , mis à jour le

Thani à l'assermblée
Thani MOHAMED SOILIHI est confortablement réélu sénateur de Mayotte.  A une dizaine de voix près, il aurait pu l’être dès le premier tour. L’ancien socialiste s’est présenté sous l’étiquette de La République En Marche. Ce succès, il le doit surtout à un bilan unanimement salué par une grande partie de la population.
L’un des chantiers sur lesquels il a su susciter l’adhésion des mahorais est celui du foncier.  Il vient d’ailleurs de remettre le dernier rapport intitulé : " " "Conflits d'usage en outre-mer - un foncier disponible rare et sous tension", fait au nom de la Délégation sénatoriale outre-mer dont il a été rapporteur coordonnateur.
Il a été secrétaire de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du règlement et de l’administration générale ; vice-président de la délégation outre-mer au sénat.
Thani II

Hassane Abdallah
Assani ABDALLAH est élu sénateur de Mayotte
La victoire de l’ancien maire de Mamoudzou est celle d’un parti historique qui était en perte de vitesse. L’ancien Mouvement pour la Départementalisation de Mayotte, devenu Mouvement pour le Développement de Mayotte n’avait des grandes responsabilités après la défaite d’Adrien GIRAUD aux sénatoriales de 2012 et la fin de la présidence de Daniel ZAIDANI au conseil général.
Hassani ABDALLAH, a su donc faire consensus est réunir tous les courants et au-delà pour être élu sénateur de Mayotte. Le maintien de Nadjim AHAMADA, l'autre candidat du MDM à ces sénatoriales a été considéré comme pouvant être un handicap pour Hassani ABDALLAH.
 Le MDM vient de faire son retour sur la scène politique mahoraise.

Saïd OMAR OILI apparaît comme étant le grand perdant de ces sénatoriales. Des élections qui sont arrivées trop tard pour celui qui était un des favoris il y a encore 6 mois. Les difficultés ont commencé pendant la campagne des législatives. Tous les candidats aux sénatoriales s’étaient affichés pour des candidats, pour un échange de bons procédés. Le maire de Dzaoudzi-Labattoir aurait refusé de soutenir un candidat en particulier.

L’autre grand perdant, ce sont les « Les Républicains ».
Ahmed SOILIHI, maire de Kani-Kéli n’a profité de la discipline du parti. Une surprise, vu le poids de ce parti dans les conseils municipaux de l’île et au conseil départemental.