[TAKAMAKA] Famille Moussa : bijoutiers de père en fils !

"Je suis fier de mon fils"

Monsieur Moussa, bijoutier depuis les années 70 a réussi à transmettre sa passion des carats à son fils. Âgé de seulement 25 ans, Calim Moussa a tout quitté en Métropole pour marcher sur les traces de son père. Portrait d'un père et son fils plus complices que jamais.

Isabelle Fargier
Publié le , mis à jour le

Monsieur Moussa dit Papa Moussa, a décidé de se livrer à Moina Poutou dans l'émission Takamaka sur son parcours et ses expériences, en compagnie de son fils Calim Moussa âgé de 25 ans. Si Calim prend la parole dans cette émission, ce n'est pas un hasard. En effet il y a 6 mois, il décide de plaquer sa vie métropolitaine pour venir s'investir à Mayotte auprès de son père, bijoutier depuis les années 70. 

 

Le fameux kakamoukou de Papa Moussa


C'est avec plaisir qu'ils ont dévoilé de concert leur recette du kakamoukou.

La recette du kakamoukou

Kakamoukou
© Un kakamoukou prêt à être dégusté : https://bit.ly/2S8nbuY


Traverser la mer pour apprendre un métier


C'est à l'âge de 15 ans, que Monsieur Moussa à l'époque jeune adolescent, prend le bateau pour se rendre à Moroni, sous l'impulsion de son frère. À l'époque son frère l'envoi en Grande Comores pour qu'il apprenne un métier, afin qu'il soit opérationnel pour travailler et subvenir aux besoins de sa famille. Mais le jeune Moussa était loin de se douter qu'il avait rendez-vous avec sa passion. En arrivant dans la capitale comorienne, il rencontre un fundi bijoutier qui lui transmet son savoir-faire. Très vite il prend goût à travailler l'or, l'argent, les métaux précieux. Soit en fabrication, conception ou en réparation. 

Quelques années plus tard, il revient dans sa Petite-Terre natale. Il met en pratique ce qu'il a appris, et commence à réparer les bijoux des femmes de gendarmes. Et tout à commencé grâce à la passion et un petit chalumeau...
 

Les débuts de Papa Moussa


Revenir à Mayotte et aider son père


Une fois son local financé à Labattoir, grâce à l'afflux de clients et au succès de son travail, Papa Moussa déménage et s'installe avec sa famille à l'île de la Réunion dans les années 80. De l'autre côté de l'océan Indien il poursuit son apprentissage et devient un des bijoutiers traditionnels incontournables de la Réunion. A la naissance de Calim en 1993, il décide de rentrer chez lui, à Mayotte. 
 
Monsieur Moussa et son fils
| Père et fils très complices

Enfance heureuse, Calim a toujours observé d'un oeil curieux les faits et gestes de son papa. Le savoir-faire de son père le fera toujours rêver secrètement. Mais haut et fort, Calim, très sportif, clame qu'il veut travailler dans un magasin de sport. Pas n'importe quelle enseigne, la fameuse marque à virgule. Baccalauréat en poche en 2011, il s'envole vers Grenoble où il entame une licence Staps. Et il découvrira très vite de lui même, que ce n'était pas la bonne voie pour décrocher le job de ses rêves. Il abandonne sa licence et se lance dans un BTS Management des Unités Commerciales (MUC). Même s'il ne valide pas son BTS, lors de ses stages il se fait remarquer par son professionnalisme, son ambition et sa volonté. Ses efforts vont payer au cours de son année d'échec. Et pour cause, ses anciens maîtres de stage vont l'appeler pour faire des extras dans des magasins de sport en tant que conseiller de vente. Très vite il grimpera les échelons, et finit enfin par travailler pour la marque à la virgule. 

Formidable histoire de vie qu'il nous livre là. Calim est l'exemple type du jeune, sans forcément une grande appétence pour les études, mais qui arrive à ses fins par force de persévérance et passion. Et c'est en ce sens, qu'il souhaite conseiller les jeunes mahorais. 
 

Petite leçon de vie


Cela fait donc un peu plus de 6 mois que Calim est rentré au pays, pour apprendre et comprendre le métier. Comblé d'oeuvrer au côté de son père, et de lui apporter son aide en ce qui concerne la gestion de l'entreprise, Calim ne regrette en rien ce nouveau choix de vie. Hormis les joyaux qu'il palpe au quotidien, il est conscient qu'il détient un véritable trésor entre les mains, et il s'agit pour lui de perpétuer ce patrimoine familial.

 

Comment entretenir ses bijoux ? 


Les métaux rares sont précieux, et il faut les entretenir, alors c'est avec beaucoup d'humour que Papa Moussa nous livre ses conseils pour les préserver.


Pour écouter en intégralité cette émission du mardi 22 janvier 2019, c'est sur Takamaka

L'actu en vidéo

EXTRAIT : Réaction de Jean-François Colombet, préfet de Mayotte

Réaction de Jean-François Colombet, préfet de Mayotte, suite à un suicide d'un demandeur d'asile. Extrait du JT de Mayotte la 1ère du 30 juillet 2019.