COMORES
A Moroni, le journal « Al Watwan » a mis en place un conseil des lecteurs.


Le journal a réuni dans un hôtel de la capitale des hommes politiques du pouvoir comme de l’opposition, des hommes d’affaires, des syndicalistes, et des lecteurs anonymes aussi. Chacun a pu donner son sentiment sur le journal et faire des propositions.
« Al Watwan » est un média d’Etat dans le sens où il appartient à l’Etat à 100%. En revanche ce n’est pas un média gouvernemental. Il se doit de rester indépendant et équilibré, c’est un service public. Le journal l’a montré d’ailleurs lundi dernier en refusant de paraitre suite à une injonction du ministre de l’intérieur qui voulait interdire toute critique du chef de l’Etat dans sa décision de fermer la Cour Constitutionnelle.
Les lecteurs d’Al Watwan ont suggéré entre autres que le journal soit plus présent dans les autres îles ; notamment à Anjouan.

COMORES
Les équipes comoriennes se préparent pour les jeux des îles. La Gazette des Comores fait le point sur les Coelacanthes.
Les 18 jeunes footballeurs sélectionnés sont arrivés à Djibouti hier après-midi. Un groupe bien armé physiquement et bien soudé mentalement écrit « la Gazette ». « Nous sommes bien préparés pour faire face à nos adversaires » dit un membre de l’équipe. Les premiers adversaires des Coelacanthes seront les mahorais ce samedi 21 avril sur le stade Hassan Gouled Aptidon de Djibouti.

MAURICE
A Maurice, nous en parlions hier, l’affaire du « tika » interdit prend de l’ampleur.


Le « tika » c’est ce point rouge que portent les femmes hindoues ( et souvent les hommes aussi)  sur le front. Une polémique a éclaté depuis qu’un nouvel hôtel de luxe a interdit à son personnel de porter le «tika » ; le considérant comme un signe religieux ostentatoire. Cela ressemble fort à l’affaire du voile, « pour un petit point de rien du tout sur le front». Les ministres du tourisme et du travail ont tenu hier une conférence de presse pour dénoncer l’attitude de la direction de l’hôtel. Les ministres ont  soutenu qu’ils feront  tout en leur pouvoir pour rendre justice aux employés, jusqu’à poursuivre la direction de l’hôtel devant les tribunaux. C’est tout un débat à l’île Maurice, car le « tika » n’est pas spécifiquement un signe religieux, c’est une tradition culturelle de la communauté d’origine indienne qui représente la majorité de la population.

LA REUNION
Tous les voyageurs pour la Réunion sont mis en garde sur l’épidémie de Dengue.


"Vous arrivez à la Réunion, où une épidémie de dengue est en cours. Protégez-vous des piqures de moustiques durant votre séjour et à votre retour". Le message est clair, en gras et sur fond rouge, partout dans l’aéroport et même via un message diffusé dans l’avion avant l’atterrissage.
L'épidémie de dengue gagne du terrain, avec 396 nouveaux cas comptabilisés la semaine dernière seulement.
L’ARS a lancé cet avertissement, y compris ici à Mayotte.

SEYCHELLES
Une nouveauté dans l’énergie solaire est en projet aux Seychelles.


Les Seychelles prévoient d'installer le premier système photovoltaïque flottant. Il s’agit de panneaux solaires installés sur des radeaux reliés à la terre, flottant dans le lagon. C’est une façon de ne pas occuper l’espace restreint sur les îles, et de profiter d’une superficie importante dans les lagons.
La politique énergétique des Seychelles s'est fixée comme objectif de produire 15% de la demande nationale à partir de sources renouvelables d'ici 2030.
Le projet sera situé sur la côte est de l'île principale de Mahé.

TANZANIE
Les pluies diluviennes en Tanzanie ont provoqué un véritable désastre.


Au moins quinze morts et 250 maisons détruites, surtout à Zanzibar et à Dar es Salaam ; mais le phénomène pluvieux touche tout le pays jusqu’à Arusha au nord. Des murs se sont effondrés, des routes coupées. Le centre de Dar es Salaam est particulièrement touché. Les transports publics sont paralysés et les écoles ont dû fermer.  Le mois d’avril est le plus pluvieux habituellement, mais rarement autant que cette année.

MADAGASCAR
A Madagascar, le partenariat entre la compagnie nationale et Air Austral  est remis en en question.


Le journal « Midi-Madagascar » fait part des réserves d’une partie du personnel d’Air Madagascar. Le redressement de la compagnie tarde à venir, des avions ne sont pas entretenus, notamment ceux destinés aux liaisons domestiques. Un « ATR » et un « Twin Otter » sont toujours cloués au sol. Certains se demandent si Air Austral a vraiment l’intention d’aider la compagnie malgache. Air Madagascar souffre d’un manque de trésorerie, Air Austral devait injecter 40 millions de dollars dans la compagnie nationale ; apparemment cette promesse n’est pas tenue affirme le journal.