Une réunion  pour préparer ces Assises territoriales de l’Islam, s’est tenue jeudi matin entre l’Etat et les représentants de la religion, à l’hôtel de ville de Mamoudzou. L’objectif : dialoguer avec les représentants de la religion musulmane pour connaître la place de l’Islam dans la République française.
Les volontaires vont plancher sur 5 thèmes, comme la gouvernance des lieux de cultes, la formation des acteurs cultuels ou encore la place de la femme dans la religion. Une initiative très appréciée par les représentants de l’Islam qui vont là une solution pour contrecarrer toute forme de radicalisation à Mayotte. Ben Kassim Ali Hamin greffier en chef au tribunal du grand cadi : « on va pouvoir cadrer toutes nos actions religieuses, pour qu’il n’y ait pas vraiment de dérapage dans l’Islam que nous avons compris ici à Mayotte. C’est l’Islam tolérant, l’Islam de paix, l’Islam de respect, l’Islam de l’amour et de considération. Pour éviter qu’on arrive à des extrêmes et aussi éradiquer complètement le radicalisme. »
Chaque réfèrent se doit donc de constituer son groupe pour pouvoir travailler sur la place de l’Islam dans République. Il faut en fait organiser les rapports entre la religion et l’Etat, pour que chaque partie puisse s’épanouir pleinement. Dominique Sorin préfet de Mayotte : « On n’est pas en train de revenir en arrière. C’est une approche commune, l’Etat est laïc bien sûr, mais la laïcité ce n’est pas l’absence de religion,  c’est le fait d’organiser les rapports entre la religion et l’Etat et c’est dans ce cadre-là qu’on mène ces discussions.
Ces assises territoriales de l’Islam de France  sont, en fait la continuité des instances de dialogue  avec l’Islam tenues en 2015 et 2016. Les différents ateliers vont se tenir fin août, début septembre 2018, dans le département pour préparer la rencontre nationale qui aura lieu fin septembre, début octobre à Paris.