Un délai donc de 10 ans désormais qui laisse le temps aux différents partenaires de mettre en place les moyens pour accompagner le développement des infrastructures. Et le travail déjà commencé par Patrick Bonfils, directeur de la Jeunesse et des Sports : « On a mis en place toute une cellule de réflexion sur les infrastructures qu’il va falloir construire. Nous sommes en relation avec les municipalités, le conseil départemental et l’ANDES, les élus adjoints aux sports des municipalités qui se sont fédérés en association et avec lesquels nous sommes en contact régulier maintenant, depuis plusieurs semaines, pour envisager ces infrastructures, les situer sur le territoire de Mayotte. »   

Dès l’officialisation, l’Etat français s’engagera donc financièrement pour sortir de terre les équipements sportifs adéquats pour accueillir les Jeux. Au département de financer les structures d’hébergements et autres installations pour permettre le bon déroulement des Jeux. Cette fois-ci tout le monde va dans le même sens.« Là c’est dans 10 ans maintenant, donc ça nous permettra d’avoir les meilleurs sites, les meilleures infrastructures et surtout les financements parce que vous imaginez bien que sur la durée, explique-t-il. ça va représenter un financement aux alentours de 80 à 100 millions d’euros. Et donc il faut pouvoir phaser ces dépenses au niveau des budgets de l’Etat, au niveau des budgets du conseil départemental. »

La désignation pourrait arriver très rapidement puisque avant les Jeux des îles 2019, le conseil supérieur des Jeux devra annoncer l’île organisatrice de l’édition 2023. Dans la foulée, Mayotte serait désignée pour 2027. Le mouvement sportif se donne donc rendez-vous dans 10 ans.
 

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio