On se rappelle qu’autour de Mahmoud Azihary, leur représentant, les transporteurs locaux s’estiment être considérés comme des sous-traitants. Ils accusent également la société Matis de leur prélever une marge qui les asphyxie.
Matis a décidé de se défendre par communiqué. La société dément toutes tromperies, abus de faiblesse, menaces ou pression.
Elle rappelle également que deux documents contractuels ont été signés à l’unanimité des membres du groupement Ouvoimoja, permettant d’en constituer le socle : un accord de groupement en juillet 2015 et un règlement intérieur en octobre 2015.
Désormais Matis annonce attendre, avec la plus grande sérénité, l’assignation en justice annoncée à grand bruit, avant de conclure qu’elle donnera les suites qu’il convient aux propos diffamatoires tenus par Mahmoud Azyhari dans Zakwéli (Invité de la matinale de Mayotte La 1ère) le 6 septembre dernier.

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio