EN IMAGES : Le Procureur de la république à Mayotte, CAMILLE MIANSONI : " On ne peut pas accepter dans un pays civilisé, démocratique qu'on se fasse justice soi- même "

Justice
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO : PROCUREUR CAMILLE MIANSONI

L'édition 2017 des rencontres de la sécurité, organisées le 14 octobre 2017 à Mayotte, a connu
un franc succès. La population des quatre coins du département est venue en nombre pour rencontrer et échanger avec les professionnels de la protection civile et militaire sur  les enjeux de la sécurité. 

Emmanuel Tusevo
Publié le , mis à jour le

securite
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO : LE PREFET FREDERIC VEAU

A travers les stands dressés sur la place de la république à Mamoudzou, on a pu voir le préfet,les officiers de l' armée, de la gendarmerie et de la police, les sapeurs pompiers, etc... discuter avec les visiteurs, répondre à leurs questions, notamment sur le maniement des armes, sur les gestes des premiers secours.

Dans le contexte actuel de la recrudescence de la délinquance qui cause des insomnies à beaucoup
d' habitants, SAID ABDEREMANE, pour Mayotte 1ère Radio, n' a pas hésité à poser la question au procureur de la république,CAMILLE MIANSONI sur la portée d'un tel événement pour juguler ce  fléau :

Le Procureur de la république, CAMILLE MIANSONI : " En matière de délinquance, il y a un volet qui doit être mis en avant, c'est la prévention. Tout ce qui peut favoriser la prévention doit être promu, doit être favorisé et c'est vrai qu' en contact direct avec les forces de sécurité au sens large et la population, c'est une occasion de faire découvrir, de faire passer des messages.
On parle ici de la sécurité routière par exemple, ce qui est un élément très important et on ne doit pas négliger cette dimension là ..."
securité
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO

QUESTION: EMMANUEL TUSEVO pour le site d' informations Mayotte 1ère .fr Actualités :
Monsieur le procureur, vous comprenez qu' on n'ait plus confiance en la justice, la police,
l'Etat par rapport à ce que les gens subissent et quand on essaie de se défendre jusqu'à aller à se faire justice, c'est le délinquant qui est mieux protégé par la loi plutôt que le citoyen honnête ?

LE PROCUREUR CAMILLE MIANSONI :
Vous savez, il n ' y a pas de catégories de citoyens.
Devant la loi, il y a les citoyens. C'est le citoyen qui est protégé par la loi. Tout ce qu'on demande à la population et à chacun, c'est de respecter cette loi. Il faut se mettre en conformité avec cette loi .

Mais, évidemment, on ne peut pas accepter, dans un pays civilisé, démocratique, qu'on se fasse justice soi-même.
Il y va de l'intérêt social. La vie sociale ne peut pas continuer à être cohérente si chacun devait se faire sa propre justice. La justice a les moyens qui sont les siens. Ca peut donner l' impression que les choses n' avancent pas mais il y a un travail qui se fait. Il suffit d' aller sur le terrain pour voir tout ce que les policiers et les gendarmes font. Il suffit d' aller au tribunal pour voir les décisions qui sont rendues. Elles ne sont pas toujours visibles mais un travail est fait.

Je crois que ce territoire, Mayotte, a besoin de cohérence et la première des cohérences est la régularité, la stabilité de la loi et on ne peut pas en sortir, sinon on va créer le désordre et on ne peut pas créer le désordre. C'est la raison pour laquelle il faut que la loi soit respectée.
securité
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
securité
© EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
Sécu
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
securité
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO