L’île Maurice a considérablement durci les lois sur l’accès à la nationalité

Drapeau de l'île Maurice
© Capture d'écran Air Mauritius
Bruno Minas Publié le , mis à jour le

« L’immigration- act » a été voté par le parlement mercredi 17 avril à 3 heures du matin


Désormais un conjoint de mauricien ne pourra plus accéder à la citoyenneté s’il a été auparavant en situation irrégulière, même sur une courte période. En revanche la discrimination qui était prévue à l’encontre des personnes présentant des handicaps physiques ou mentaux n’a pas été votée.

Reste une disposition controversée : Les personnes dont les opinions politiques ou religieuses seraient jugées incompatibles avec la société mauricienne n’auront pas accès à la naturalisation, même par mariage. Les critères sont flous. Ils laissent donc une part importante à l’arbitraire de l’administration.  Le premier ministre a défendu cette loi pour lutter contre les mariages blancs.


Une autre disposition a été votée: le conjoint étranger d’un mauricien n’aura le droit de travailler qu’après quatre ans de présence sur le territoire. Cela pose problème alors que le gouvernement veut en même temps faire revenir les mauriciens de la diaspora qui ont des spécialités professionnelles intéressantes pour l’économie. Beaucoup se sont mariés avec des étrangers.

Il y a une crispation à Maurice sur la question des étrangers, surtout ceux en provenance d’Asie, notamment du Bengladesh qui veulent s’implanter dans l’île.