A Mayotte, la lutte contre l’immigration clandestine, est toujours suspendue aux relations avec le gouvernement des Comores. Le contact a repris entre Paris et Moroni, mais les reconduites vers les Comores, sont encore bien faibles.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Gérard Collomb, le ministre de l’intérieur, est interrogé par Serge Massau : 
« Nous avons travaillé avec le gouvernement des Comores, et comme le président des Comores a été réélu avec une grande majorité, nous lui avons dit qu’effectivement qu’il fallait qu’il permette des rapatriements de migrants irréguliers. Et c’est ce qu’ils ont commencé à faire, même si effectivement  c’est à doses relativement réduites. En même temps, nous même allons avoir, en septembre des vedettes pour pouvoir contrôler, donc plus loin  de Mayotte et donc mieux pouvoir mener la lutte contre l’immigration régulière. »

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio