L’enquête concerne l’ensemble du territoire de Mayotte. Elle se déroule de 6 heures à 17 heures. Tous les automobilistes sont concernés. Des agents enquêteurs vont se positionner sur 17 points clés. Il sera demandé un peu de patience pour répondre à un ensemble de questionnaires. Amir Ahmed, chargé  de mission politique des déplacements à la DEAL : " Il ne faudrait pas que les usagers de la route soient surpris parce que l’objectif n’est pas de contrôler l’état du véhicule ni celui de la situation administrative du conducteur, mais c’est juste pour comprendre leur façon, leurs habitudes de se déplacer sur le territoire. "

Ce contenu n'est pas compatible AMP.


Parallèlement à l’enquête, un dispositif de comptage des véhicules sera mis en place sur les mêmes points pour avoir une vision globale du trafic routier à l’échelle du département. Des forces de l’ordre pourraient être présentes sur certains points. Il s’agira uniquement de sécuriser et veiller au bon de l’enquête et non pas procéder à de contrôles de véhicules ou des personnes ; car l’important ici est de comprendre ce qui se passe sur les réseau routier du département.
Amir Ahmed : " Une fois que cette enquête sur le terrain sera réalisée, il va falloir procéder à l’exploration des résultats, une analyse très fine et plus tard dans les 2 à 3 mois, on pourra avoir le rapport qui sortira."  Des conclusions qui viendront compléter la réflexion  sur le transport collectif à Mayotte afin de répondra au mieux au besoin du territoire en matière de déplacement de sa population.  

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio