Depuis lundi 13 août, le bureau de poste de Dzaoudzi-Labattoir est fermé pour travaux. Mais à partir de ce lundi, un nouveau bureau a ouvert pour le remplacer … dans des préfabriqués ! Ce bureau de remplacement est accessible depuis la rue de l’hôtel de ville et se situe dans la cour du bureau de poste en travaux.

Selon Saoudat Abdou, de la direction de la communication de La Poste Mayotte, tout a été mis en œuvre pour la continuité du service. « Les différents services proposés habituellement au bureau de Labattoir ont été dispersés sur toute la Petite Terre. » Ils seront en effet dispatchés en 4 endroits différents pendant les 11 semaines de travaux. Alors que les boîtes postales sont transférées à la plateforme de distribution du courrier à Pamandzi, place des congés, la remise du courrier et des colis se fait également place des congés mais dans le bureau de poste communal adjacent. L’accueil des clients par les conseillers bancaires se fait dans le bâtiment en travaux mais uniquement sur RDV. Enfin, les opérations financières sont assurées au bureau provisoire mais limitées à 500€ par jour et par personne. Les opérations supérieures devront être effectuées en Grande Terre, notamment au bureau de Mamoudzou. « Le niveau de sécurité n’est pas le même dans ces préfabriqués comparé à un bureau classique, explique Saoudat Abdou. Nous ne pouvons pas stocker de grandes sommes d’argent. »
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.



L’ouverture du nouveau bureau est prévue pour le 29 octobre. « Cela sera un nouveau concept de bureau de poste, nous annonce Saoudat Abdou. Nous allons casser des murs pour faire un accueil client beaucoup plus grand. » Autre point d’importance : la suppression des guichets pour les opérations financières et leur remplacement par des automates. « Les clients seront accueillis dès leur entrée par un chargé de clientèle qui les orientera vers les automates et les aiderons dans leur utilisation. Cela évitera les manipulations de fonds au guichet. » Un changement qui fait réfléchir quand on voit les premières difficultés concernant l’usage des horodateurs à Mamoudzou.