Les brûlures à Mayotte avec MIRA SALIM, infirmière au centre des brûlés du CHM Mamoudzou, dans l' émission Les entretiens de Manu sur Radio Mayotte la 1ère,dimanche 10/2/2019 à 20h

MIRA SALIM

Emmanuel TUSEVO DIASAMVU consacre l' émission LES ENTRETIENS DE MANU, sur Radio Mayotte la 1ère, aux brûlures à Mayotte, un réel problème de santé publique avec Madame MIRA SALIM, Infirmière au centre des brûlés du CHM, Centre Hospitalier de Mamoudzou.

 

Emmanuel Tusevo
Publié le , mis à jour le

Selon l' Organisation Mondiale de la Santé, OMS, les brûlures posent un problème mondial de santé publique, étant responsables, selon les estimations, de 180 000 décès par an. La majorité de ceux-ci surviennent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire et près des deux tiers dans les Régions OMS de l'Afrique et de l’Asie du Sud Est.

Les brûlures non mortelles sont une cause importante de morbidité.
Les brûlures surviennent principalement à la maison et sur le lieu de travail.
Les brûlures sont évitables.

Madame MIRA SALIM indique qu' au niveau national ( France métropolitaine) , 

* 8 120 personnes hospitalisées pour brûlure en France métropolitaine

* ce sont majoritairement des hommes (5 099 versus 3 021 de femmes)

* les enfants de moins de 5 ans sont les plus touchés et représentent plus du quart des personnes hospitalisés (28,8 %)

* les brûlures sont majoritairement accidentelles (93,7% des patients) et principalement causées par contact avec des liquides chauds : première cause de brûlure chez les 0-4 ans et les 5-14 ans et la première cause chez les femmes toutes classes d’âges confondues après 14 ans

* l’exposition aux « feu, flammes, fumée » est la première cause de brûlure chez les hommes de 15 ans et plus

* le contact avec des solides chauds est la deuxième cause de brûlure chez les enfants de 0 à 4 ans

* 190 personnes sont décédées à l’hôpital à la suite de brûlures.

70% des enfants hospitalisés pour des brûlures se trouvaient à proximité d'un adulte ou à portée de vue de celui-ci. Ce qui signifie que cela ne dépend pas d’un défaut de surveillance mais plutôt de manque de prévention.

MIRA SALIM
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU : | MIRA SALIM, INFIRMIERE AU CENTRE DES BRÛLES DU CHM MAMOUDZOU

Madame MIRA SALIM ajoute qu' à Mayotte, selon les statistiques en 2018,

Patients brûlés hospitalisés en réanimation : 22 dont plus de 50% d’enfants.

411 nouveau de brûlés sur l’ensemble de l’année.

29 nouveau cas au bloc opératoire.

458 pansements sous AG ( anesthésie générale) ont été générés sur l’année 2018 et 64 greffes cutanée ont été faites.

2275 pansement sans AG ont été pratiqués par l’ensemble de l’équipe.

Sur les deux derniers mois de l’année 275 enfants ont été pris en charges au sein du service des brûlés.

MIRA SALIM explique notamment , dans l' émission " LES ENTRETIENS DE MANU" , l'importance de la prévention par l' éducation y compris des enfants, la lutte contre les négligences...

Vous pouvez aussi reécouter les émissions " LES ENTRETIENS DE MANU EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU " sur PODCAST :

CLIQUEZ :
https://la1ere.francetvinfo.fr/mayotte/emissions-radio/entretiens-manu
 
ET
© EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU

 

POUR EN SAVOIR PLUS : 


Brûlures ( OMS) Organisation Mondiale de la Santé

https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/burns