L'actualité régionale 21 Mars

MORONI
© Trip Advisor
Bruno Minas
Publié le , mis à jour le

COMORES

Finalement l’ancien président Sambi n’a pas été convoqué chez le juge mercredi


L’avocat Maitre Mahamoud, à la fois défenseur d’Ahmed Abdallah  Sambi et candidat de son parti Juwa,  avait annoncé qu’il interrompait sa campagne à cause de cette audition et son équipe dénonçait même une manœuvre destinée à entraver sa campagne électorale. Le Procureur de la République a démenti par la suite cette convocation de Sambi. Maitre Mahamoud n’était pas joignable hier pour s’expliquer sur cette affaire.


Les derniers meetings ont lieu aujourd’hui et demain, et les derniers réglages pour l’organisation du scrutin

Le matériel électoral a été réparti entre les îles. La Commission Electorale fait savoir que tout est prêt pour que les comoriens puissent faire leur choix parmi les  candidats à la présidentielle et les candidats gouverneurs. Car il s’agit d’un double scrutin où l’on choisi à la fois le Président de la République et le Gouverneur de chaque île.
La campagne s’arrête ce vendredi soir.



Quelques doutes subsistent sur les missions d’observation

Plusieurs missions étrangères sont arrivées aux Comores, notamment de l’Union Africaine, de la communauté des Etats d’Afrique Australe, ou encore de la Francophonie. Ces missions sont symboliquement importantes mais elles ne disposent en fait que de peu de moyens humains. Quelques dizaines d’observateurs qui circuleront en journée de bureau en bureau pour rendre compte de l’ambiance générale du scrutin.
La véritable structure d’observation est la Plateforme Comorienne de Veille Citoyenne qui regroupe de nombreuses organisations de la société civile. Elle a obtenu un financement important de l’Union Européenne : 300 000 euros.
Elle est la seule structure capable d’avoir des observateurs partout, mais ses animateurs se montraient un peu inquiets hier sur les accréditations de ses membres.
Même inquiétude du côté de la presse, puisque pour la première fois les accréditations seront « zonées », c'est-à-dire que les journalistes n’auront pas le droit d’aller partout comme c’était le cas dans les précédentes élections.
Rappelons que le jour du scrutin, dimanche, toute circulation automobile entre les villes est interdite. Seuls les véhicules dûment accrédités ont le droit de circuler.





MADAGASCAR

Un nouveau scrutin se prépare pour le 27 mai. Il s’agira d’élire le parlement


Finalement il y a plus de 800 candidats retenus. On se souvient qu’il avait fallu repousser la date limite des dépôts de candidatures par manque de prétendants. Beaucoup se sont déclarés au dernier moment. Ce sera un scrutin très ouvert. La grande majorité des candidats se présentent comme indépendants, en dehors des partis. Il y a beaucoup de têtes nouvelles dans cette bataille électorale, mais aussi une vingtaine d’anciens ministres des gouvernements précédents. C’est dans une assemblée à priori hétéroclite que le président Rajoelina devra se constituer une majorité.


Le ministère malgache de la santé a fait le point sur la rougeole


Plus de 110 000 cas de rougeole et un millier de décès enregistrés depuis le début de l’épidémie. Le ministère note cependant une diminution du rythme de l’épidémie ces dernières semaines. La campagne massive de vaccination semble porter ses fruits.
On note cependant que l’exportation de la rougeole vers les îles voisines, Comores, Mayotte, Réunion ou Maurice continue car des voyageurs passent les frontières sans voir leur température contrôlées. « C’est la responsabilité des pays de destination » explique un responsable du ministère interrogé par le quotidien « Midi-Madagascar », « Madagascar ne contrôle pas les personnes qui vont aux Comores ou à la Réunion » Il y a peu de systèmes de contrôle de température des voyageurs dans les aéroports. Dans la région, l’Afrique du sud pratique un contrôle systématique avant le passage de la frontière. Mais il suffit parfois d’avoir pris du paracétamol pour passer.





LA REUNION

Le préfet porte plainte contre Brigitte Bardot



Le préfet a saisi  le procureur de la République après les propos injurieux de Brigitte Bardot à l'encontre des Réunionnais dans une lettre ouverte relative à la maltraitance animale. La démarche est pleinement encouragée par la ministre des outremers Annick Girardin.
On se demande quelle mouche a piqué l’ancienne star du cinéma français, aujourd’hui âgée de 84 ans, activiste ardente de la cause animale, pour écrire dans sa lettre que «les autochtones ont gardé leurs gênes de sauvages», accusant les Réunionnais de «barbarie» à l'encontre des animaux. Elle évoque «des réminiscences de cannibalisme des siècles passés», «une population dégénérée encore imprégnée des coutumes ancestrales, des traditions barbares qui sont leurs souches».
Des propos que le représentant de l’Etat a décidé de ne pas laisser passer. Il y a de nombreuses réactions d’indignation à la Réunion. Brigitte Bardot a déjà été condamnée 5 fois pour des dérapages sur l’immigration, le métissage, la religion musulmane, ou encore l’homosexualité.
 

L'actu en vidéo

EXTRAIT : Réaction de Jean-François Colombet, préfet de Mayotte

Réaction de Jean-François Colombet, préfet de Mayotte, suite à un suicide d'un demandeur d'asile. Extrait du JT de Mayotte la 1ère du 30 juillet 2019.