Mort naturelle du bébé au CRA ?

Le Centre de Rétention de Mayotte
© Mayotte 1ère | Le Centre de Rétention de Mayotte

L’autopsie du nourrisson de 2 mois mort jeudi au centre de rétention administrative de Mayotte, quelques heures après y avoir été conduit avec sa mère, tend vers l’hypothèse d’une mort naturelle, a indiqué le procureur de Mayotte.

Benoît JOURDAIN Publié le

Philippe Faisandier a fait part de "l’hypothèse d’une mort naturelle par étouffement et asphyxie, le légiste ayant constaté des signes de régurgitations dans le tube digestif de l’enfant."

"D’autres signes associés vont également dans le même sens de cette hypothèse qui doit être confirmée par les résultats des analyses de prélèvements qui seront envoyés à la Réunion ou en métropole", a ajouté le procureur, en précisant que "l’enquête se poursuit pour l’instant".

L’enfant et sa mère avaient été interceptés mercredi soir, ainsi que 24 autres passagers, à bord d’un bateau d’immigrants clandestins, près des côtes de ce département de l’océan Indien proche des Comores. Après un examen médical, ils avaient été admis au CRA, et le jeudi matin, la mère avait donné l’alerte sur le fait que son enfant ne se réveillait pas et les secours n’avaient pu ranimer le bébé.

Les Indignés de Mayotte, un mouvement contre la vie chère, appellent à un rassemblement pacifique samedi à 11H00 pour "s’indigner d’un fait aussi grave", indiquent-ils dans un communiqué.