Mayotte : la mise en oeuvre de la "feuille de route" est différée "dans un souci d'apaisement" [SYNTHESE]

Les élus mahorais au ministère des Outre-mer
© ALB | Les élus mahorais au ministère des Outre-mer

A l'issue d'une réunion ce jeudi au ministère des Outre-mer avec les élus de Mayotte, le gouvernement annonce que l'application de la "feuille de route" issue du Haut conseil paritaire entre la France et les Comores "est différée". Les élus mahorais seront désormais associés à cette instance. 

La1ere.fr Publié le , mis à jour le

C'est le gouvernement qui l'annonce à l'issue de la rencontre entre les élus de Mayotte et les cabinets des ministres des Outre-mer et des Affaires étrangères: la mise en oeuvre de la feuille de route franco-comorienne est différée :

"Compte tenu des incompréhensions et des fausses informations que ce document a suscité à Mayotte, la mise en oeuvre de la feuille de route a été différée dans un souci d’apaisement, tout en maintenant le dialogue avec les autorités comoriennes."

Communiqué du ministère des Outre-mer


 




Voici le communiqué intégral des ministères des Outre-mer et des Affaires étrangères : 
Feuille de route MOM
© MOM

 

Déclaration au ministère des Outre-mer

C'est par la voix du directeur de cabinet de la ministre des Outre-mer, Dominique Sorain que cette décision a été annoncée aux élus de Mayotte. Ecoutez ci-dessous sa déclaration à l'issue de cette rencontre : 

Que dit la feuille de route ?

Depuis plusieurs jours, cette feuille de route fait l'objet de beaucoup de rumeurs sur les réseaux sociaux. Voici son contenu :
Feuille de route
Feuille de route page 2

Et voici le relevé de conclusions :
Relevé de conclusions feuille de route

Réaction des élus de Mayotte

Les élus de Mayotte ont souhaité parler d'une seule voix à l'issue de cette réunion avec le directeur de cabinet d'Annick Girardin. C'est donc le sénateur Thani Mohamed Soilihi (LREM) qui a été désigné comme leur porte-parole. Le sénateur constate le "retrait de cette feuille de route". Il évoque la prochaine tenue des Assises des Outre-mer début octobre qui seront l'occasion de "faire valoir nos positions".

L'association des élus mahorais aux travaux du Haut conseil paritaire France-Comores est une décision importante pour les élus. "Ces éléments sont acceptables en l'état (...) Aujourd'hui nous sommes tous heureux de voir que les travaux à venir ne se feront pas sans les politiques mahorais", a conclu Thani Mohamed Soilihi. Regardez ci-dessous :