L'Union Européenne met en garde Sainte-Lucie

Castries batiment du gouvernement
© Maurice NAGOU > | Sainte Lucie doit respecter les normes de bonne gouvernance fiscale.

Parce que Castries accorde des mesures fiscales préférentielles à certaines entreprises étrangères, l’Union Européenne vient d'écrire au Premier ministre Sainte-Lucien pour lui demander d'abroger ces dispositions d'ici à la fin de l'année.

Maurice Nagou
Publié le , mis à jour le

L'Union Européenne a écrit le 1er février 2019 au Premier ministre Sainte-Lucien Allen Chastanet pour lui demander de supprimer une taxe préférentielle accordée à des sociétés étrangères opérant sur l’île.

Castries doit obtempérer au plus tard le 31 décembre 2019, faute de quoi l’île sera placée sur une liste de juridictions non coopératives.
 

L’Union Européenne considère une telle taxe comme étant préjudiciable


En 2017, le gouvernement de Sainte-Lucie avait modifié la loi sur le commerce international, accordant aux entreprises étrangères et à leurs employés des exonérations fiscales.

Selon l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) de telles mesures menacent les efforts internationaux de lutte contre l’évasion fiscale.