Le réalisateur Bernard Crutzen a parachevé en Martinique un documentaire sur la molécule du chloredécone

Pesticides Bananeraies Martinique
© Régis Domergue / AFP

Le réalisateur belge Bernard Crutzen a terminé par la Martinique le tournage d'un documentaire sur la molécule du chloredécone. Cette co-production entre la télévision belge et France Télévisions, remonte le fil chronologique de cette crise sanitaire qui affecte les Antilles françaises.

Daniel Bétis & Guy Etienne Publié le , mis à jour le

Bernard Crutzen a débuté son tournage depuis 6 mois à Hopewell en Virginie (ville où est né le scandale du chlordécone). Puis, le cinéaste s'est rendu dans plusieurs pays, à la rencontre de scientifiques, techniciens, et professionnels de l’agriculture.

Ses investigations l'ont donc conduit d'abord aux USA, puis en Allemagne, en Pologne, en Ukraine, et bien sûr en Guadeloupe et en Martinique.

Victimes, spécialistes et médecins témoignent.


Le réalisateur a terminé son second voyage en Martinique dimanche 18 août 2019. Bernard Crutzen a pu rencontrer sur place des élus, des avocats, des agriculteurs, des associations écologiques, (Assaupamar, Puma, Amses), mais également les représentants de l’État.

Bernard Crutzen a remonté toute la chaîne d’alimentation, en passant par l'abattoir territorial, les plantations, et les cours d’eau. Au total, plus d’une trentaine de personnes interrogées : victimes, spécialistes, personnes ressources, médecins, planteurs et chercheurs.

Ce film est une coproduction entre la télévision belge (RTBF) et France Télévisions. Pour la première fois, un documentaire déroule le fil chronologique de cette crise sanitaire sans précédent aux Antilles françaises.

Un habitué des documentaires


Bernard Crutzen, rompu à l’exercice ne cesse de parcourir la planète, caméra au poing. Il a plus d’une vingtaine de documentaires à son actif : "Sur la route des Zébus", "Les mémoires de le mer" (prix du film historique en 2005), "Cachez ce Saint" (évoquant Saint-Expédit).

Son oeuvre récente "Malaria business" (2017/18), parle de la plante chinoise artémisia avec laquelle on soigne le paludisme ou la malaria. Le choix de ces thèmes dénote une volonté de susciter le débat pour tenter de trouver des solutions. "Malaria business" a été doublement récompensé en France, en 2018 (Prix du Public et Prix de "Reporters sans frontières"), lors de la 25e édition du FIGRA (Festival International de Grand Reportage).

Cette même production a reçu à Montréal (au Canada), le Prix du développement durable, et en Belgique, le Golden Awards Artistic, ainsi que le Prix de la presse et de la critique.

L'actu en vidéo

Accident

Une voiture pénètre à vive allure dans une station-service du Lamentin.