Les promoteurs du projet NEMO veulent rassurer

Projet Nemo
© DCNS NEMO | Le projet de centrale off-shore d'énergie thermique des mers à Bellefontaine (Martinique).

Le projet NEMO ne cesse de faire parler de lui. Prévue pour être fonctionnelle d’ici 2022 /2023, la plateforme de production d’énergie à partir de la température de l’eau de mer ne fait pas l'unanimité au point que les dirigeants de l'entreprise en charge de son fonctionnement tentent de rassurer.

Peggy Pinel-Fereol
Publié le , mis à jour le

Depuis les alertes du maire de Case Pilote, Ralph Monplaisir, le projet de plateforme de production d’énergie à partir de la température de l’eau de mer NEMO (New Energies for Martinique and Overseas) au large de Bellefontaine est dans toutes les têtes. 

Des risques ? 




La dangerosité de l’ammoniaque qui sera utilisé pour cette production d’énergie, le coût de cette électricité jusqu’à 50 fois plus chère que le solaire ou l’éolien ou encore la zone d’exclusion sont les arguments défendus par les opposants au projet. 


Jeudi dernier, une réunion d'information en présence du public s'est tenue à la mairie de Case-Pilote avait suscité de vives réactions. 



Les dirigeants de Kuano Energies Antilles, qui sont chargés de mettre en place la plateforme, réagissent et répondent au vent de contestation qui souffle sur le projet NEMO. La plateforme devrait voir le jour d’ici 2022 /2023.



Voir l'entretien d'Olivier Kremer, directeur Antilles Guyane de Kuano Energie avec Maurice Violton.

L'actu en vidéo

Accident

Une voiture pénètre à vive allure dans une station-service du Lamentin.