Près de 2000 personnes se mobilisent à Fort-de-France pour la santé en Martinique

Hôpital : mobilisation dans les rues de Fort-de-France
© Audrey Govindin | Près de 2000 personnes dans les rues de Fort-de-France pour demander des moyens pour les hôpitaux de Martinique

Le collectif "CHUM Douvan Douvan" et l'association "Sauvons la Santé en Martinique" avaient annoncé une grève générale pour ce deuxième jour de mobilisation. Près de 2000 personnes étaient dans les rues de Fort-de-France ce mardi 12 juin.

Peggy Pinel-Fereol
Publié le

Des médecins, des transporteurs, des maires, des politiques, tous ont répondu présents à l'appel de grève générale lancée le collectif "CHUM Douvan Douvan" et l'association "Sauvons la Santé en Martinique" ce mardi 12 juin. 


Mobilisation chum
© Nathalie William | De nombreux manifestants dans les rues de Fort-de-France.

Forte mobilisation des personnels de santé



Les manifestants partis de la maison des syndicats à Fort-de-France ont défilé sur le boulevard du Général de Gaulle jusqu'à la préfecture. Puis ils ont fait un sit-in avant d'être reçus par directeur de cabinet du préfet.

Vers 12h30, une délégation composée de syndicalistes, de médecins et d'élus a été reçue en préfecture. 

170 médecins, du CHU de Martinique, mais également des médecins libéraux se sont associés au mouvement. Ils ont décidé de ne pas ouvrir leur cabinet ce mardi 12 juin.
Affiche mobilisation CHUM
© Fabienne Léonce | Des panneaux qui reflètent un mal-être.
L’association des maires mobilisée


Marcellin Nadeau (Prêcheur), Frédéric Buval (Trinité), Fred-Michel Tirault (Saint-Esprit), Maurice Bonté (Ajoupa Bouillon), Arnaux René-Corail (Trois-Îlets), Raymond Théodose (Rivière-Pilote, ou encore un représentant du maire de Fort-de-France sont également présents dans le cortège. 

maire manif CHUM
© Audrey Govindin | Plusieurs maires et élus de différentes communes de l'îles mobilisés ce mardi 12 juin.
Prochaine journée d'action demain (mercredi 13 juin) avec une journée ville morte dans plusieurs communes de l'île où les services municipaux seront fermés.

L'actu en vidéo

Avca

L'AVCA décide d'aller demander les raisons du crash de 2005 à un niveau plus élevé.