La Montagne Pelée ne figurera pas au patrimoine de l'UNESCO

Montagne Pelée
© Parc naturel Martinique | La Montagne Pelée

L'annonce a été faite ce jeudi (31 janvier) sur les réseaux sociaux par le Ministre de la Culture. La Montagne Pelée et les Pitons du Carbet ne représenteront pas la France cette année. Le Phare de Cordouan a été retenu pour tenter de faire son entrée sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Laurie-Anne Virassamy
Publié le , mis à jour le

C'est une déception pour le Parc Naturel de la Martinique. Le ministre de la Culture, Franck Riester, a annoncé ce jeudi (31 janvier) sur son compte Twitter que "la France présentera la candidature du phare de Cordouan à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’@UNESCO".

Le monument, situé dans l'estuaire de la Gironde, a été préféré à la Maison Carrée de Nîmes et au candidat martiniquais. Le Parc Naturel avait proposé les volcans et forêts de la Montagne Pelée et des Pitons du Nord. Mais son dossier n'avait pas convaincu, en octobre 2018, les experts du Comité Français du Patrimoine Mondial (CFPM). Ils ont alors recommandé une candidature transfrontalière avec la Dominique"Il serait plus judicieux que le bien de la Martinique soit coprésenté par la Dominique et la France", expliquait Isabelle Anatole-Gabriel, chef de l’unité Europe et Amérique du Nord au Centre du Patrimoine mondial, en novembre dernier. "De manière ce que la Dominique le présente comme une extension, puisqu'elle est déjà inscrite. Ce qui permettrait une inscription plus rapide vu que la France, à partir de 2020, ne pourra présenter qu'un seul bien". L'idée a été rejetée par la Martinique, mettant en avant des spécificités scientifiques pour la Montagne Pelée.  
 

D'autres chances pour la Martinique


Au Parc Naturel de la Martinique, on explique l'échec par un jeu d'alternance. "Il y a eu deux biens naturels successifs qui ont été retenus, les Volcans d'Auvergne et les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). C'est pour cela qu'ils ont choisi un bien culturel", argumente Louis Boutrin. Le Président du PNM ne baisse pas les bras. "Notre dossier est renforcé par le label national "Forêts d'exception" obtenu le 22 janvier dernier. Nous continuons à approfondir le dossier pour que l'année prochaine notre dossier soit retenu".

Dès cette année, deux autres dossiers pourraient bien passer l'étape de la sélection. Edouard Tinaugus, entouré d'un comité de pilotage, a proposé que la yole soit inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l'UNESCO. L'île est également candidate pour recevoir l'appellation "Réserve de Biosphère".

L'actu en vidéo

Scène de crime

Reconstitution d'un meurtre à Basse-Pointe