François Fillon peut encore compter sur ses représentants en Martinique

Fillon en Martinique
© FB/D.M | François Fillon en visite en mai 2016 sur le marché de Fort-de-France, suivi de Diane Montrose (en blanc) sa représentante en Martinique.

François Fillon tiendra jusqu'a quand après les défections de ses proches ? Le candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle qui sera mis en examen, peut encore compter sur de maigres soutiens dont celui de la Martinique, même si son comité de soutien est ébranlé.

Martinique 1ère Publié le , mis à jour le

Le candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle qui sera mis en examen le 15 mars prochain, peut encore compter sur de maigres soutiens dont celui de la Martinique, même si son comité de soutien est ébranlé au point que ses dirigeants ont reporté une conférence de presse prévue ce samedi matin (4 mars 2017).

Comité Fillon Martinique
© Comité Fillon Martinique
"C'est bien sûr très difficile en ce moment dans ce contexte, mais François Fillon est le seul candidat capable de mettre en place le changement dans la conduite des affaires publiques", estime Diane Montrose, la présidente de son comité de soutien en Martinique. Elle dit partager l'analyse des derniers proches de François Fillon qui soutiennent plus que jamais leur candidat.

Elle déclare être en phase avec une tribune de Renaud Dozoul, ex-attaché parlementaire Les Républicains, publié dans le journal Causer.fr". "François Fillon a su cristalliser ce ras-le-bol fiscal et identitaire, n’a pas les manières mal dégrossies des candidats “populistes” qui font tomber les certitudes électorales aux quatre coins de l’Occident. Authentique homme de droite, il tient une ligne austère, sans lendemains qui chantent, mais où chacun pourra faire les efforts nécessaires pour essayer d’être à la hauteur de nos morts".

François Fillon convoqué le 15 mars prochain 

Les magistrats instructeurs vont exposer à François Fillon les charges recueillies contre lui dans l’enquête, lui signifier qu’il peut soit se taire, soit faire une déclaration spontanée, soit répondre aux questions. Les juges prendront ensuite une décision. Soit ils estimeront qu’il existe "des indices graves et concordants" de "détournements de fonds publics, d’abus de biens sociaux, trafic d’influence et manquement aux obligations déclaratives devant la Haute Autorité de la vie publique" et François Fillon sera mis en examen. Soit les explications de François Fillon les auront convaincus et ils le placeront sous le statut de témoin assisté, créé par la loi du 15 juin 2000.