Fort-de-France : 500 personnes pour dénoncer les violences faites aux femmes

Femmes : mobilisation après violence
© Martinique 1èer | mobilisation contre la violence envers les femmes ce samedi à Fort-de-France

Cinq cents personnes ont participé ce samedi 23 septembre à un rassemblement à Fort-de-France à l'initiative de l'UFM (Union des Femmes de Martinique). Une manifestation pour exprimer leur colère et leur refus de la violence aveugle envers les femmes et dont les enfants sont aussi victimes.

Jean-claude SAMYDE et Stéphanie OCTAVIA Publié le , mis à jour le

Place de l'enregistrement à Fort-de-France, samedi 23 septembre, cinq cents personnes se sont donné rendez-vous, pour dénoncer l'horrible meurtre perpétré cette semaine sur une enseignante de 34 ans, et deux enfants âgés de 4 et 6 ans.

Un moment empreint d'émotion


Ce drame a créé l'émoi et une condamnation de toutes les associations féministes présentes ce samedi matin. La population était invitée au micro à s'exprimer au sujet de cet acte. Plusieurs personnes se sont succédé. Des témoignages, des mots...des interrogations avec toujours cette question : pourquoi tant de violence dans notre société ?. Ce crime rappelle que de nombreuses femmes sont victimes chaque jour de la 
domination masculine. Et qu'elles sont encore trop peu entendues, quand elles appellent à l'aide.
Femmes mobilisation après violence (2)
© Martinique 1ère

Ou sont les hommes ?


Dans ce rassemblement, peu d'hommes, on dénombrait essentiellement des femmes, vêtues de blanc à l'appel de l'UFM (Union des Femmes de Martinique). "Non à la barbarie non au féminicide, comment changer cela...." Pour l'UFM "rien ne peut justifier ce geste atroce, né d'une volonté de contrôle et de domination, comme toutes les violences machistes. Cela n'a rien à voir avec de l'amour". 
Mobilisations féministes à Fort-de-France
© A. Govindin | Plusieurs associations féministes sur la place de l'enregistrement ce samedi matin (23 septembre)

Dans ce meurtre perpétré cette semaine sur une enseignante de 34 ans, et deux enfants âgés de 4 et 6 ans, un homme âgé de 33 ans, originaire de Sainte-Lucie, a été mis en examen des chefs d'homicides volontaires, dont deux aggravés par la minorité de quinze ans des victimes et placé en détention.

L'actu en vidéo

Appel pour le domaine de la Trace

Murille Fruton propriétaire du Domaine de la Trace lance un appel de soutien.