Assomption du 15 août : les catholiques martiniquais honorent la Vierge Marie

Fête Assomption Martinique
© Martinique La 1ère | La fête de l'Assomption près de l'église de Bellevue à Fort-de-France (15 août 2018).

Les catholiques de Martinique fêtent en ce mercredi 15 août 2018, l'Assomption (la Vierge Marie monte au Ciel, "enlevée" par Dieu). Une célébration marquée notamment par une procession avant la messe, à l'église de Bellevue à Fort-de-France.

Martinique La 1ère Publié le , mis à jour le

Toutes les églises catholiques de Martinique souvent bondées ce mercredi 15 août. C'est souvent l'occasion de faire le pont et la fête, dans certaines communes, mais c'est avant tout une fête religieuse. L'Assomption (à ne pas confondre avec l'Ascension), est traditionnellement fériée pour célébrer l'entrée dans la gloire de Dieu de la Vierge Marie.

Fidèles catholiques
© Martinique La 1ère | Les fidèles lors de la procession du 15 août 2018 pour la fête de l'Assomption, près de l'église de Bellevue à Fort-de-France.
Une célébration marquée d'abord par une procession avant la messe ce matin à l'église de Bellevue à Fort-de-France. "L'Assomption c'est le fait pour la Vierge Marie d’être assumée toute entière dans tout ce qu’elle est, dans son humanité avec sa dimension corporelle, son âme, son esprit(...) C'est une divinisation en quelque sorte", explique Alain Ransay, le curé de la paroisse de Bellevue.

"Et en même temps cette Assomption de la Sainte Vierge c’est une fête parce que cela nous concerne directement, puisque nous aussi nous sommes appelés à être assumer dans la divinité, c’est ça le destin des chrétiens".
Prêtre Alain Ransay
© Martinique La 1ère | Le père Alain Ransay, curé de la paroisse de Bellevue à Fort-de-France (15 août 2018).
Dans son homélie du jour, le Père Alain Ransay choisit une métaphore sportive pour illustrer son propos sur l'Assomption. "Je parlais de ligne d’arrivée au cours de l’homélie. La ligne d’arrivée c’est entrer dans la gloire de Dieu, entrer en Dieu. Et donc Marie nous montre le chemin. Elle est la première en chemin, elle la première à arriver. Et j’ai comparé cela à la course de triathlon où vous avez le premier qui arrive sur la ligne d’arrivée, mais qui reste et qui prend dans ses bras le deuxième ou le troisième, parce qu’ils ont souffert. Ils sont contents d’être arrivés. Eh bien Marie est là ! Elle nous prend dans ses bras, lorsque nous sommes  à notre tour sur cette ligne d’arrivée. C’est ça l’Assomption de Marie que nous fêtons aujourd’hui".

Voyez ce reportage de Kelly Babo et Marc Balssa
 

L'actu en vidéo

Scène de crime

Reconstitution d'un meurtre à Basse-Pointe