La justice ordonne aux grévistes de libérer l'accès de la station-service de Montgérald

blocage station-service
© Jean-claude Samyde | Les grévistes bloquent l'accès à la station de Mongérald (ce lundi 21 mars)

Sept salariés de la société Distribution Carburant étaient assignés en référé devant le tribunal de Grande instance pour le blocage de la station de Mongéralde à Fort-de-France. Le juge a fait connaitre sa décision ce lundi 21 mars. Les salariés en grève doivent libérer l'accès de la station.  

Jean-Claude SAMYDE
Publié le , mis à jour le

Le gérant de la station de Mongérald à Ford-de-France, Rudolphe Chalonec a assigné en référé sept salariés qui bloquent l’accès des clients à sa station-service. Le juge des référés a fait  connaitre sa décision ce lundi 21 mars matin à 11h15. Les grévistes doivent libérer l'accès de la station. Ils ont également une condamnation avec astreinte par jour de retard.

Le point de départ du conflit est le licenciement prononcé à l’encontre d’une salariée accusée de vol par la direction.
Le syndicat CGTM Produits Pétroliers qui soutient les salariés a présenté un cahier de revendications : annulations d’avertissements non fondés, annulation de la notification d’une note de service par huissier à un salarié, application de l’accord du 12 décembre 2002, prise de l’ancienneté réelle d’un salarié avec toutes les conséquences de droit qui s’imposent, et surtout l’annulation du licenciement d’une caissière présente depuis plus 20 ans et injustement accusée de vol.

Sur ce dernier point le gérant Rudolphe Chalonnec est ferme sur sa position. "Pas de réintégration de la salariée licenciée".

Les différentes réunions ont fait avancer le cahier de revendication déposé par le syndicat, notamment l’application des temps de pause. Le principal point d'achoppement concerne l’annulation du licenciement. 

Concernant le blocage de la station de Mongéralde à Fort-de-France, le juge des référés a ordonné aux grévistes de libérer l'accès de la station. Ils ont également une condamnation avec astreinte par jour de retard.

L'actu en vidéo

Avca

L'AVCA décide d'aller demander les raisons du crash de 2005 à un niveau plus élevé.