Des arbres de Noël bien de chez nous !

filao de noel
© PPF | Filao de Noël

Le filao, le fleuri Noël ou encore le pin caraïbe, avant que le sapin en plastique ou naturel conquière nos maisons, les Martiniquais utilisaient ces arbres bien de chez nous autour desquels les cadeaux étaient déposés la nuit du 24 décembre.

Bertrand Caruge
Publié le , mis à jour le

Le filao assez répandu en Martinique, bien que fortement concurrencé par le sapin, reste encore un arbre de Noël en usage. La raison est simple, son feuillage fait penser à celui du sapin, mais en moins fournie.
 

Plusieurs jeunes branches liées


Le filao est un arbre ayant une forte croissance, pouvant atteindre jusqu’à 35 mètres de haut. Alors pour confectionner son arbre de Noël, il faut couper plusieurs jeunes branches et les lier avec un cordage. Ainsi groupées, les branches du filao, illuminées de guirlandes, font penser au sapin et donnent tout à fait un air de Noël, mais bien de chez nous !

Quant au fleuri-Noël, bien que son nom soit en partie de circonstance, il connaît moins de succès que le filao. Toutefois, antan lontan, il était présent dans tous les jardins martiniquais. C’est lui qui était véritablement l’arbre de Noël de nos aïeux. 
Fleurissant à la fin de l’année durant l’hivernage, il arbore un large manteau blanc, délicieusement odorant, faisant penser à une boule de neige. 

Il s’agit d’un arbuste se situant entre 2 et 3 mètres de hauteur, idéal pour orner les salons martiniquais.
Attention quand même, car le latex blanc (communément appelé le lait) contenu dans le fleuri Noël, s’avère être toxique. Alors, prenez des précautions si vous êtes amené à le manipuler.
 

D'autres végétaux


Il existe d’autres végétaux qui au moment des fêtes de fin d’année, peuvent devenir des ornements de décoration et d’agrément autour de l’arbre de Noël antillais. Il s’agit de la fleur de canne et de l’étoile de Noël connue aussi sous le nom de poinsettia, ainsi que plus rarement, le pin caraïbe
FEUR DE CANNE
| Fleur de canne
La canne à sucre (Saccharum officinarum), fleurit en effet, en fin d’année et propose à ceux qui prennent le temps de l’observer, un spectacle magnifique, notamment lorsque le vent s’engouffre dans les champs de canne, et fait danser la multitude de fleurs perchées en haut de leurs tiges.

L’étoile de Noël ou poinsettia nous vient, elle, d’Amérique Centrale et du Mexique. En fait, ce n’est pas la fleur de cette plante qui nous intéresse, mais les feuilles qui en fin d’année se parent d’un rouge, ou parfois d’un blanc, éclatant. La couleur rouge mêlée au vert forme une composition très appropriée pour les fêtes.
Poinsettia
© Pixabay | Poinsettia
Ainsi, lorsqu’arrive le mois de décembre, il y a des Martiniquais qui prennent le temps de confectionner quelques bouquets d’étoile de Noël et de "flèch kann" (la "Flèche de canne" en créole) pour donner aux décorations de Noël antillaises une authenticité rare.

Signalons tout de même que la loi interdit le prélèvement de ces espèces lorsqu’elles sont localisées sur des réserves naturelles.

L'actu en vidéo

Scène de crime

Reconstitution d'un meurtre à Basse-Pointe