En Martinique, les politiques réagissent à la polémique Morano

Polémique : la France est "un pays de race blanche", selon Nadine Morano
© DR | Nadine Morano, samedi 26 septembre, sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché".

"La France est un pays de race blanche". Ces propos tenus par Nadine Morano agitent la classe politique hexagonale. En Martinique aussi, les élus réagissent.

Laurie-Anne Virassamy
Publié le , mis à jour le

Depuis trois jours, les propos de Nadine Morano agite la classe politique. Samedi (26 septembre), dans l'émission "On n'est pas couché", diffusée sur France 2, l'ancienne ministre avait affirmé que la France était "un pays judéo-chrétien, le Général de Gaulle le disait, de race blanche".

En Martinique, comme dans l'Hexagone, les politiques ont réagi. Du côté des Républicains Martinique, un courrier a été envoyé à Nicolas Sarkozy, le président du parti. "À travers cette lettre, nous allons marquer notre indignation", explique Marc Séfil, le président de la fédération départementale. "Nous allons demander que des mesures soient prises pour que ceux qui s’expriment comme cela, avec de tels arguments, soient sanctionnés ou rappelés à l’ordre".

Écoutez Marc Séfil, le président des Républicains Martinique : 

Marc Séfil sur Morano

"Il faudra peut-être qu’elle change de parti", Marc Séfil

Voici la lettre envoyée à Nicolas Sarkozy : 

Quant à Yan Monplaisir, tête de la liste de la droite et du centre "Ba peyi a an chans" pour les élections territoriales, il s'adresse également à son "ami" Nicolas Sarkozy. "Il me semble que, comme il en a été à l’occasion de dérapages d’adhérents moins connus, Les Républicains doivent appliquer à Nadine Morano une sanction à la mesure de sa faute. Des limites intolérables ont été franchies. Ta réaction est attendue".

L'annonce a été faite, ce mercredi (30 septembre), par le parti "Les Républicains". Nicolas Sarkozy a saisi la Commission Nationale des Investitures pour évincer Nadine Morano de la liste des régionales dans le Grand Est.

La gauche s'indigne

Dans un communiqué, le député européen socialiste, Louis-Joseph Manscour, écrit que "la France doit être consciente de sa diversité humaine et culturelle, fière d'être un État pleinement ancré dans une Union Européenne unie dans la diversité". "Aucune "couleur de peau" n'est dépositaire de l'identité française", ajoute-t-il.

La Fédération Socialiste de Martinique par l'intermédiaire de son Premier secrétaire fédéral, Frédéric Béret, assure que "le peuple français est pluriel et que c'est de ce brassage de cultures et de populations que la France tire toute sa grandeur".

Toujours à gauche, Bruno Nestor Azérot a choisi de s'indigner sur Twitter. "Les propos de Morano ne sont pas seulement exécrables, ils sont stupides et doivent soulever une indignation générale", écrit le député-maire de Sainte-Marie, sur le réseau social.

 


L'actu en vidéo

Titanic

L'histoire du seul passager noir du Titanic.