Fourrière Départementale : Six mois de conflit et trois femmes déterminées

Salariées en grève
© Fabrice Defremont | Les trois salariées en grève devant la fourrière départementale depuis le 29 janvier 2015

Bientôt 6 mois qu'un conflit perdure à la Fourrière Départementale. Le 28 mai dernier la direction a accordé aux 8 salariés de l’entreprise une augmentation salariale brute de 150 euros mais les grévistes réclament 150 euros net.

Fabrice Defremont
Publié le , mis à jour le

Bientôt 6 mois que le conflit perdure au sein de la Fourrière Départementale, à Mangot Vulcin (Lamentin). Pourtant, le 28 mai dernier la direction par lettre recommandée a fait savoir qu’elle accordait aux 8 salariés de l’entreprise une augmentation salariale brute de 150 euros y compris la prime de risque et la prime de salissure. Les trois salariées grévistes appuyées par la CSTM (Centrale Syndicale des Travailleurs Martiniquais) réclament 150 euros net, 50 euros de prime de risque et 40 euros de prime de salissure.

La direction estime ne pas pouvoir aller plus loin. "La structure a été fermée pendant plus de 5 mois, sans activités et n’a aucune lisibilité", déclare Henri Hubert Dupont, directeur de la Fourrière Départementale. Il dispose d'une délégation de service public délivrée par la Cacem. Le contrat se termine à la fin du mois d’août et aucun appel d’offres n’a été lancé d’où son inquiétude.

Panneau grève
© F.Defremont | La grève à la fourrière départementale a démarré le 29 janvier 2015

Trois femmes déterminées

Les négociations sont suspendues depuis le déblocage des accès par les forces de l’ordre en mai dernier. La Fourrière a repris du service mais les trois femmes mobilisées sont sur le piquet de grève dans un campement de fortune sous des bâches avec des palettes. Elles ont fabriqué un abri avec réchaud, télévision et de quoi s’allonger et s'alimenter. Un lieu où elles se relayent jour et nuit.

L'actu en vidéo

Accident

Une voiture pénètre à vive allure dans une station-service du Lamentin.