Les chants traditionnels de Noël sont-ils menacés ?

Kantik
© Martinique 1ère | Les partisans du "kantik nwèl" défendent la tradition

Certains organisateurs de "chanté nwèl", craignent la disparition de cette tradition car disent-ils, les plaintes pour tapage nocturne se multiplient. Une association pour la sauvegarde du patrimoine s'est manifestée ce 25 décembre au Lamentin avec notamment le groupe "Tanbou bô kannal".

Martinique 1ère Publié le , mis à jour le

Le célèbre groupe "Tanbou bô kannal" de Fort de France intègre le comité de défense du patrimoine pour sauver les "kantik nwèl". Les chants traditionnels qui commencent après la Toussaint, jusqu'au réveillon de Noël, semblent exaspérer certains habitants qui les assimilent à du tapage nocturne.

Le chanté Noël est un élément de notre tradition






Ce 25 décembre au Lamentin, le groupe de tambours et ses partisans ont rappelé un principe : "Le chanté Noël est un élément de notre tradition, de notre culture, où il y a l'esprit de partage, où les gens se rassemblent, où il y a de la solidarité", avance Joël Mucret, président de l'association pour la sauvegarde du patrimoine.

Diminution des "kantik"

Un autre membre du comité rapporte les propos d'une habitante de Fort de France, réveillée mercredi dernier et très en colère après le passage de la ribote dans un quartier de Fort de France et ce ne serait pas la seule plainte. Les défenseurs de la tradition s'en inquiètent et la diminution du nombre de kantik nwèl années après années, ne les rassure pas.

 

L'actu en vidéo

Victoire de l'Arsenal

Les femmes de l'Asenal sont championnes de Marinique 2019 de handball.