Les deux collégiens repartent libres du palais de justice

Collège Julia Nicolas
© Martinique 1ère | Le collège Julia Nicolas à Fort de France

Les deux collégiens récemment exclus de leur établissement scolaire après l'agression filmée d'un professeur, ont été entendus par un juge des enfants ce mercredi après-midi, après plus de 24h de garde à vue au commissariat de police. A lire également le rappel à la loi. 

Martinique 1ère Publié le , mis à jour le

La procédure fait suite à l'agression filmée d'un enseignant du collège Julia Nicolas de Fort de France, le 18 septembre 2014. Après avoir été exclus de l'établissement vendredi dernier, les deux élèves (une fille et un garçon) ont été entendus ce mercredi après-midi par un juge des enfants. Ils sont repartis libre alors que le procureur avait demandé un contrôle judiciaire pour le garçon qui s'en était pris à son professeur pour un portable confisqué.

Intervenants :
Yvon Joseph-Henri, secrétaire départemental de la FSU
Georges-Emmanuel Germany, avocat au barreau de Fort de France
Reportage :Jacques Delblond /Olivier Nicolas Dit Duclos


Le simple fait de filmer ou de prendre en photo des actes de violence, peut conduire à la prison. C’est ce qu’on appelle le "happy slapping".


Le cameraman ou le photographe est considéré comme complice des délits. Il encourt donc les mêmes peines que le ou les agresseurs. Des peines qui peuvent aller de 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende à la réclusion criminelle à perpétuité.

Le code pénal sanctionne aussi bien l’enregistrement que la diffusion d’images violentes. La sanction ne se limite pas à ceux qui filment. Diffuser des vidéos violentes est également un délit. Dans l’absolu, tous les internautes qui partagent ce type d’images risquent des peines sévères : jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.
 
Enfin, la diffusion d’agressions sur Internet  peut être aussi considérée comme une incitation au crime ou au délit. Une infraction passible de 5 ans de prison et 45 000 euros d’amende.
 
Christine Cupit

L'actu en vidéo

Scène de crime

Reconstitution d'un meurtre à Basse-Pointe